lundi 16 avril 2018

La TÉLUQ se débarrasse en douce de ses tuteurs. Richard Pitre

Je me fais l'écho du cri d'alarme de Richard Pitre, tuteur de la Téluq.

En tant qu'ancien étudiant de la Téluq, je sais toute la valeur des tuteurs qui contribuent à la réussite des études de ceux qui s'y inscrivent. Alors que la Téluq a si longtemps pu être citée en exemple, notamment dans le monde francophone, pour l'organisation de son tutorat, que la reconnaissance de ses tuteurs est validée par une convention collective, que la contribution du syndicat des tuteurs dans la formation même de leurs adhérents est remarquable, une direction autiste et méprisante poursuit son oeuvre de destruction de ce qui a fait, durant tant d'années, la qualité et la réputation de cette université à distance.























La TÉLUQ se débarrasse en douce de ses tuteurs

Quelques semaines après avoir été invité, l’automne dernier, à la Fête de la reconnaissance pour me remercier de mes 25 ans de services et de la grande qualité de mon travail, j’ai appris de source informelle que la TÉLUQ souhaitait remplacer toutes les personnes tutrices par du nouveau personnel et que mon emploi serait éliminé.

Dès janvier, je n’avais plus que quelques étudiants résiduels, soit environ de 15 % de ma tâche normale et de mes revenus habituels, et ce, après avoir assuré l’accompagnement et le suivi de près de 8000 étudiants depuis 1991.

Sans avertissement, sans aucun préavis, sans explication, sans aucune discussion ni entente avec mon syndicat, rien, la TÉLUQ a décidé d’embaucher des «professeurs sous contrat» pour essentiellement faire le travail des personnes tutrices. Une nouvelle convention collective entre les professeurs de la TÉLUQ et la direction crée une nouvelle catégorie de professeurs de deuxième classe. Ils n’ont pas les mêmes tâches, ni la permanence, ni le même salaire que les professeurs réguliers. En réalité, ils ont été embauchés pour remplacer tout simplement les personnes tutrices sans aucune forme de considération, ni de respects des conventions. Du coup, le syndicat des professeurs de la TÉLUQ incorpore en son sein cette sous-catégorie de «professeurs sous contrat» et fait fi du syndicat des tuteurs et tutrices.

D’ailleurs, depuis août dernier, la direction de la TÉLUQ fait en sorte de bloquer l’avancement des négociations. Résultat : après huit mois de négociations, je ne sais toujours pas ce qu’il adviendra de mon travail et tout semble mis en œuvre pour que cette situation perdure jusqu’à l’asphyxie des tuteurs et tutrices.

Parmi les rares informations provenant de la TÉLUQ, j’apprends que l’embauche de plusieurs autres «professeurs sous contrat» est prévue toujours dans la logique de nous faire disparaître. Pour de nombreux tuteurs et tutrices, comme moi, le fait de ne pas savoir ce qu’il arrivera est difficile à vivre. Étant sous contrat avec la TÉLUQ, je ne peux véritablement me chercher un autre emploi, mais la TÉLUQ n’assume plus sa part du contrat qui consistait à me fournir un nombre d’étudiants équivalant à une tâche à temps plein, comme c’était le cas depuis plus de 15 ans.

Une collègue m’a fait part de son désespoir de la situation. Désormais sans ressources financières à près de 60 ans, elle se sent humiliée et en grande détresse psychologique. Plusieurs sont angoissés, ou en colère, et ne savent plus quoi faire. Nous sommes nombreux à ressentir du mépris et de l’indifférence de la part d’un employeur pour lequel on a consacré dix, vingt ou trente ans de notre vie.

Je reçois actuellement 15 % seulement de mon salaire habituel. Je n’ai pas droit à l’assurance-emploi et mon employeur refuse d’éclaircir la situation. Comme plusieurs de mes collègues, je suis outré et refuse le silence de la Téluq quant à nos conditions de travail.

Jamais nous n’avons été mis au courant des intentions de la TÉLUQ et encore aujourd’hui, rien n’est dit de ce qu’il adviendra de nous. Je souhaite dénoncer haut et fort cette situation et j’appelle la direction de la TÉLUQ à de la transparence et à régler rapidement cette situation.

Richard Pitre PhD, Tuteur à la TÉLUQ depuis 26 ans
Tribune également parue dans le journal Le Soleil et le Huffington Post


______________

Plus d'infos sur ce conflit

Enregistrer un commentaire