dimanche 21 octobre 2018

Coach




Le terme coach est fréquemment utilisé pour désigner un tuteur à distance. Son usage participe de celui, intensif, des termes anglophones. Toutefois, si les domaines d’intervention d’un coach et d’un tuteur relèvent tous deux de l’accompagnement et empruntent à la relation d’aide, leurs terrains sont sensiblement différents.

Le coach intervient le plus souvent, auprès d’un professionnel souhaitant se perfectionner dans son métier, parfois d’un individu s’engageant dans une démarche de développement personnel. C’est la personne accompagnée qui définit les objectifs qu’elle poursuit et pour lesquels le coach va la guider ou l’accompagner. La durée du coaching est rarement déterminée à l’avance et sa fin est une décision prise au regard du niveau d’atteinte des objectifs.

Ces caractéristiques diffèrent de celles du tutorat à distance qui a pour cadre une formation, regroupant plusieurs apprenants, avec un début et une fin déterminée, dont les objectifs sont fixés par l’institution qui diffuse la formation. De même, les interventions des tuteurs sont décrites, voire prescrites lors de la conception. 

A noter également que si la filière de formation initiale de coachs est bien établie, celle des tuteurs à distance n’est qu’en émergence.

vendredi 12 octobre 2018

Chatbot






Un chatbot, ou agent conversationnel, est un programme informatique, qui dialogue avec un être humain. Résultat des avancées de l’intelligence artificielle, il en constitue encore la principale manifestation dans le digital learning.

Un chatbot repère certains termes, des déclencheurs, dans le message de son interlocuteur, à partir desquels il va formuler ses réponses. La pertinence de celles-ci dépend de la richesse de la base de données à laquelle il est adossé. 

Il est à noter qu’à aucun moment le chatbot ne comprend le sens de la conversation qu’il entretient avec un humain. Les recherches actuelles portent sur la manière d’intégrer l’analyse linguistique dans les programmes des chatbots.

Souvent présenté comme une alternative au tuteur humain, économique, disponible en permanence, il semble plus raisonnable de le positionner comme premier niveau de soutien correspondant peu ou prou à une hot-line, pouvant être utilisé comme filtre à l’accès au tuteur humain.

Le chatbot remplit alors le rôle d’une FAQ dynamique. Il est à noter que le soutien ainsi fourni est uniquement d’ordre cognitif.

Pour aller plus loin


vendredi 28 septembre 2018

Bienveillance





Bienveillance vient du latin «benevolentia» qui apparaît dès 1175 sous la forme «bienvoillance» qui dérive au XVIe siècle en «bienveuillance» soit vouloir le bien de quelqu’un. Le Larousse nous indique que la bienveillance est la « disposition d’esprit inclinant à la compréhension, l’indulgence envers autrui ».

Le contraire de la bienveillance est la malveillance, c’est-à-dire la réalisation d’actions qui nuisent directement ou indirectement à autrui. Etre bienveillant, c'est d'abord s'abstenir de toute malveillance bien que cela ne soit qu'un point de départ. 

Il ressort que la bienveillance suppose une volonté, une relation, l’envie de comprendre l’autre, un refus de la condescendance et suppose une certaine propension au bénévolat comme l’indique une de ses premières dénominations «benovolens». 

La bienveillance s’inscrit dans une relation égalitaire et se révèle utile pour comprendre autrui, c’est-à-dire adopter une posture d’écoute active, utiliser les techniques de reformulation, avoir recours au questionnement ouvert, etc.

La bienveillance, empathie en action, est une des qualités qu’un tuteur doit posséder et développer.

dimanche 16 septembre 2018

Accessibilité



L’accessibilité de la formation, et plus généralement l’accès au savoir, est une des raisons historiques de l’apparition de la formation à distance, comme par exemple à l'Open University ou la Téluq.

L'accessibilité est le résultat de la recherche d’une plus grande flexibilité de la formation permettant de mieux répondre aux besoins, souhaits et caractéristiques des apprenants.

L'adaptive learning est la déclinaison la plus récente des principes de l'accessibilité.

L’accessibilité est tout d’abord une question d’ingénierie pédagogique qui, s’attachant à modulariser le contenu, autorise l’individualisation des parcours et donc la possibilité de rejoindre l’apprenant dans ses objectifs de formation. 

Elle est également relative à la gestion des temps et des espaces de formation dont l’aménagement peut être largement transféré à l’apprenant rendu ainsi, responsable de ses stratégies volitionnelles (cf. Favorisez la persévérance des apprenants en les aidant à développer leurs stratégies volitionnelles). 

L’approche pédagogique retenue, dès lors qu’elle offre la possibilité à l’apprenant de faire des choix constitue un autre levier de l’accessibilité. 

Les services tutoraux, lorsqu’ils visent la personnalisation du soutien rendent également la formation plus accessible. 

Enfin le coût, ou l’éventuelle gratuité d’une formation, agit directement sur son accessibilité.

samedi 1 septembre 2018

De retour !

J'espère que les vacances des uns et des autres ont été reposantes et agréables. Pour ma part, un séjour en Sicile a été bien ressourçant.


La rédaction d'un abécédaire du tutorat à distance, que j'espère publier en fin d'année, occupe presque tout mon temps dédié à l'écriture. Aussi, les billets sur ce blog se feront plus rares les prochains mois. Toutefois, je me propose de vous partager quelques unes des entrées qui le composeront. Et comme en matière de tutorat, l'intérêt porté aux apprenants est premier, c'est naturellement ce terme qui inaugure cette nouvelle série de billets.

APPRENANT

Depuis quelque temps, le disciple, l’élève, le tutoré, le formé, le stagiaire, ont laissé la place à l’apprenant.

L’évolution de ces appellations n’est toutefois pas anodine. Où les termes précédents renvoyaient à une inégalité entre celui qui apprend et celui qui enseigne ou forme, le vocable apprenant apparaît plus neutre, plus respectueux de la personne engagée dans un processus formel ou informel de formation. Il renvoie directement à l’apprentissage auquel il confère une place première dans la formation. Celle-ci devient centrée sur le sujet qu’est l’apprenant et non plus sur le seul contenu ou la didactique.

L’apprenant n’est plus, comme ses prédécesseurs, sous la tutelle des sachants ou dans un lien de dépendance vis-à-vis de ses maîtres.

L’apprenant doit certainement beaucoup au concept d’apprenance développé par Philippe Carré que cette formule résume assez bien « Vous ne retenez pas ce qu'on vous a enseigné, mais ce que vous avez appris » qui, mise en pratique, amène à moins enseigner pour qu’ils apprennent plus et mieux.

mardi 3 juillet 2018

Parution du volume 12 des Fragments du Blog de t@d

Ce douzième volume des Fragments du Blog de t@d, regroupe les principales contributions qui sont parues sur le blog depuis 2016.

Ces textes sont répartis en cinq rubriques : 

  - tuteurs, 
  - pratiques tutorales, 
  - tutorat et MOOC, 
  - ingénierie tutorale, 
  - varia.

J'espère que vous trouverez du plaisir et de l'utilité à leur lecture. Je vous rappelle que le Blog de t@d est largement ouvert à tous ceux qui souhaitent s'exprimer sur le tutorat à distance.

mardi 19 juin 2018

Les interventions tutorales individuelles

Si la collaboration est une modalité fréquemment utilisée dans un digital learning et que les interventions tutorales collectives sont les plus courantes pour supporter les apprenants, il n’en reste pas moins que certains besoins d’aide sont purement personnels.

La réalisation d’interventions tutorales individuelles peut concerner un apprenant en particulier et dans ce cas, on parle plus volontiers de personnalisation ou un groupe d’apprenants présentant des caractéristiques communes telles que le niveau de connaissances préalables, le temps disponible pour leur apprentissage, les objectifs visés, la profession, etc. Individualiser, c’est donc apporter des réponses circonstanciées à un apprenant ou à un sous-groupe d’apprenants. Cela suppose d’avoir recueilli au préalable un certain nombre d’informations sur les apprenants concernés permettant une prise en compte spécifique de leur situation.

Lorsque le dispositif tutoral prévoit ce type d’interventions, il est important de ne pas en sous-estimer la durée tant celles-ci peuvent se révéler chronophages pour le tuteur.

La plupart de ces interventions sont réactives, en réponse à une sollicitation de l’apprenant, mais peuvent être également proactives en cas de risque d’abandon ou pour anticiper telle ou telle difficulté probable qui sera rencontrée par un sous-groupe d’apprenants.

Elles sont essentiellement centrées sur les plans socio-affectif, motivationnel et métacognitif. En effet, les interventions cognitives, portant sur le contenu, gagnent à être collectives dans la mesure où la difficulté de compréhension de l’un peut également être ressentie par d’autres, même s’ils ne la manifestent pas. De manière générale, il est déconseillé de réaliser une intervention tutorale individuelle dès lors qu’elle peut bénéficier à d’autres apprenants. Il s’agit là d’un principe d’économie du temps tutoral d’autant plus important à respecter que le taux tutoral est faible. (cf. Proportion du tutorat dans un digital Learning).

Les interventions tutorales individuelles peuvent porter sur des aspects très personnels qui ont vocation à ne pas être dévoilés au risque de saper la confiance entre l’apprenant et le tuteur. En effet, il n’est déjà pas si facile pour un apprenant d’oser s’ouvrir et faire connaitre au tuteur les difficultés personnelles qu’il rencontre. En conséquence il doit avoir l’assurance que les échanges qu’il aura avec le tuteur resteront strictement privés.

mercredi 13 juin 2018

Boussole pour savoir, faire, être et devenir tuteur à distance

De très nombreux formateurs en présentiel ont déjà été confrontés à l'accompagnement d'apprenants à distance, les autres le seront forcément au regard de l'évolution de la formation. Pour ce faire, ils ont la nécessité de développer des compétences sur le tutorat à distance et donc de faire le point tant sur leur savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir.

L'illustration ci-dessous pointe les différents savoirs de base à partir desquels ils peuvent construire et développer leurs compétences de tuteur à distance. 

Si le savoir et le savoir-faire sont souvent pris en compte dans les formations de tuteurs, celles-ci ne peuvent s'y résumer et devraient toujours comprendre des activités permettant de développer le savoir-être et la manière dont les futurs tuteurs peuvent déjà être ce qu'ils veulent devenir. 








samedi 9 juin 2018

Projet pilote-tutorat au Cégep à distance


Marie-Michèle Rhéaume, Conseillère pédagogique et chargée de projets au secteur du tutorat et Sabrina Boisvert, Tutrice-accompagnatrice ont fait une présentation d'expérimentation du tutorat à distance au Cégep à distance lors du Colloque de l'AQPC 2018, intitulée "Pour un encadrement technologique au profit de la persévérance des étudiants"

Le diaporama de sa présentation est disponible à

A remarquer cette vidéo de relance des étudiants pour la remise de leur premier devoir dont le propos est encourageant et incitatif en prenant soin d'éviter toute culpabilisation et de manifester la disponibilité de la tutrice à aider les étudiants.