lundi 20 février 2012

Proposition d’une grille d’analyse des besoins d’aide des apprenants à distance. Par Dominique Agosta

Nécessité d'analyser les besoins d'aide des apprenants
Le tutorat consiste pour un tuteur à établir, à développer et à ajuster une relation d’aide auprès d’un tutoré. Loin de l’idée d’une quelconque thérapeutique, il s’agit d’établir une relation à l’écoute des besoins de l’apprenant. Pour le tuteur, être à l’écoute s’envisage au travers de ses capacités d’observation, d’analyse des besoins, de conception de ses interventions et de leur mise en œuvre. L'ingénierie tutorale relève d'un processus d'actions à enclencher pour améliorer la qualité du tutorat et produire un système tutoral opérationnel (J. Rodet). La première étape de ce processus consiste à analyser les besoins des apprenants.

De quoi parle-t-on au juste ? Qu’est-ce qu’un besoin ? Comment le recueillir ? Avec quels outils ? Auprès de qui le tuteur peut-il ou doit-il le recueillir ? Comment distinguer besoins et réponses tutorales ? Comment mettre en lien les besoins de l’apprenant avec les champs de support à l’apprentissage à investir ? Autant de questions auxquelles il nous a semblé indispensable de répondre avant d’identifier avec pertinence les rôles et les fonctions des différents tuteurs.

Proposition d’une grille d’analyse des besoins d’aide des apprenants à distance
Notre objectif est de « Repérer les besoins des apprenants et l’aide tutorale en lien ». Pour établir ces liens, nous avons choisi d’aborder les entretiens en croisant, d’une part, les fonctions tutorales décrites par Nelly GUILLAUME (p8/28), qui couvrent l’ensemble du champ de l’aide tutoral et, d’autre part, les théories sur les besoins de MASLOW et d’HERZBERG. Afin de donner du sens au propos recueillis lors de nos entretiens, nous utilisons 5 grilles d’analyse des besoins des apprenants, dont nous précisons préalablement l’organisation interne.

Préalables à la lecture des grilles d’analyse
Tout d’abord, les 5 grilles d’analyse sont issues de l’approche de Nelly GUILLAUME dont nous retenons les fonctions. Toutefois, nous avons choisi de regrouper les fonctions d’évaluation, de régulation et de métacognition qu’elle distingue sous une seule rubrique, s’agissant pour nous que d’un seul paradigme, celui de l’évaluation. Par ailleurs, pour éviter toute confusion, nous avons établi une distinction entre ce que l’apprenant exprime en termes de besoins (qui peut se traduire par « l’apprenant a besoin d’être capable de… ») et les interventions tutorales qui lui sont proposées (qui peut se traduire par « l’apprenant a besoin d’avoir… ») (TEHAMI, A.). En effet, ce sont les besoins des apprenants qui déterminent les actions pédagogiques tutorales pertinentes à mener et non l’inverse.
Ainsi, nous associons les besoins exprimés aux théories sur les besoins de MASLOW et d’HERZBERG. En effet, la combinaison de ces deux théories peut aider à prioriser les actions tutorales à instaurer. Ainsi, les besoins sont classés parmi les 5 niveaux de besoins décrits par MASLOW et parmi les 2 niveaux décrits par HERZBERG. Au final, nous retenons 5 logos explicités dans le tableau 1.


Ensuite, nous affectons chacune des actions tutorales proposées dans les différents champs de support à l’apprentissage (Deschênes et Lebel). Les logos associés à ces derniers sont présentés dans le tableau 2. Ce classement sera repris de façon synthétique au chapitre consacré aux champs de support à l’apprentissage à investir. La typologie proposée par J. RODET donne une visibilité sur les dimensions à développer dans chacun d’eux.



Synthèse des indications de lecture des grilles d’analyse des besoins des apprenants


Limites
La mise en œuvre de cette méthode pour l’analyse et la définition d’un système tutoral intéressant une future préparation à distance au concours d’entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers ont révélé trois difficultés. 

Premièrement, il n’est pas toujours aisé de distinguer clairement demandes et besoins. En effet, la nécessité pour les futurs tuteurs ou apprenants de disposer de tel ou tel service spécifique ou de telle ou telle fonctionnalité peut relever parfois du simple confort, d’une envie, plus que d’un réel besoin. De même, tous les besoins ne sont pas forcément exprimés par eux. Si bien qu’en définitive, la véritable efficacité d’un système tutoral semble se trouver à l’intersection (T) des trois composantes : besoins, demandes, réponses. Deuxièmement, il peut s’avérer difficile de mettre en lien les besoins exprimés et les niveaux de dépendance de la classification de MASLOW d’une part. Enfin, il n’est pas toujours simple de classer les interventions tutorales dans les différents champs d’interventions. Toutefois, la pertinence de ces classements ne semble pas essentielle. Elles apportent une information supplémentaire qui peut s’avérer utile au concepteur du dispositif lors de la production du « scénario tutoral ». Pour le livrable « système tutoral », la précision de l’opérationnalité et l’exhaustivité du projet tutoral ne sont pas essentielles.

Bibliographie - Sitographie
Enregistrer un commentaire