mercredi 18 mars 2015

Les apprenants aux prises avec le temps et l’espace de leur formation

Etre apprenant à distance confronte à de nouvelles situations spatio-temporelles. Or, les apprenants à distance ne connaissent pas tous les mêmes conditions. Certains réalisent leurs activités de formation sur leur temps personnel, d’autres sur leur temps professionnel. De même, pour l’environnement, il peut être celui de l’exercice professionnel ou privé, souvent familial.

A travers cette infographie, je modélise, et comme toute modélisation, celle-ci est une réduction de la réalité vécue par un individu particulier, quatre profils d’apprenants à distance en fonction de leurs temps et espaces d’apprentissage : l’incorporé, l’affranchi, le perruquier et l’émancipé.







L’INCORPORE réalise son apprentissage sur son lieu et durant ses heures de travail. Son projet de formation est intégré à la politique de son entreprise, du moins, l’individu a négocié avec sa hiérarchie l’aménagement de sa charge de travail et a obtenu la possibilité de réaliser sa formation à son poste de travail.

Avantages : pas de déplacement pour se former, il peut enchaîner aisément son travail et sa formation et inversement. Ceci est susceptible de faciliter le transfert de ses connaissances pour peu que la formation soit en rapport avec son métier.

Inconvénients : sa hiérarchie et ses collègues ne peuvent pas identifier clairement lorsqu’il est en formation et peuvent donc le déranger. L’environnement de travail n’est pas forcément adapté aux activités d’apprentissage.

L’AFFRANCHI réalise son apprentissage sur son temps de travail mais à son domicile ou autre lieu indépendant de son travail. Sa formation est réalisée dans des conditions proches de celui du télétravail. Affranchi des contraintes temporelles, il organise ses temps d’apprentissage comme il le souhaite ou de manière négociée avec sa hiérarchie.

Avantages : les temps de travail et de formation sont distincts car matérialisés spatialement. Il doit en tenir un compte exact pour être en mesure de le justifier le cas échéant. Ceci est un réel avantage car un apprenant gagne toujours à superviser son temps d'apprentissage.

Inconvénients : Il lui revient de faire de son lieu privé, un environnement propice à l’apprentissage. La rupture spatio-temporelle entre son travail et sa formation ne permet pas un transfert instantané de ses connaissances à son activité professionnelle.

Le PERRUQUIER réalise son apprentissage sur son lieu de travail mais en dehors de ses horaires professionnels. Il peut utiliser les moyens et outils de son environnement professionnel à des fins personnelles de formation. Ce temps de perruque, à l’instar des pratiques artisanales et ouvrières où cette pratique a été (est) très répandue, est un laisser-faire accepté plus qu’énoncé par la hiérarchie. (cf. La perruque inversée comme métaphore de la structure du temps de travail de l'enseignant  par Jean-Paul Moiraud).

Avantages : pas de déplacement pour se former, il peut enchaîner aisément son travail et sa formation qui se réalise en dehors des horaires de travail. Tôt le matin ou tard le soir, il bénéficie d’un environnement plus calme qu’en journée.

Inconvénients : il n’y en a guère sinon que la perruque sous-tend que l’objet de la formation est compatible ou congruent avec l’activité professionnelle.

L’EMANCIPE réalise son apprentissage à son domicile ou autre lieu indépendant de son travail et en dehors des horaires de ce dernier. Il peut ainsi suivre des formations qui ne sont pas en rapport avec son activité professionnelle, voire préparer ainsi une reconversion sans que sa hiérarchie n’en soit informé.

Avantages : Il peut exercer pleinement son autonomie.

Inconvénients : L’exercice de son autonomie suppose qu’il ait développé certaines compétences, d’une part, en planification et régulation et d’autre part, en prise de recul réflexive sur sa formation. Il doit créer un environnement propice à son apprentissage.

Le tuteur à distance tire avantage de l'identification du profil spatio-temporel de ses apprenants afin de leur prodiguer des conseils adaptés. Par exemple, en direction des incorporés, il peut les inciter à signaler leurs périodes de formation à leur collègues, une petite pancarte est habituellement efficace. Il peut questionner les affranchis sur l’adéquation de leur environnement personnel avec leurs tâches d’apprentissage. Il sera attentif à ce que le perruquier ne se laisse pas emporter par la routine du geste professionnel au détriment de son apprentissage (sur la routine cf. Jean-Paul Moiraud La routine pédagogique). Il entrera en dialogue avec l'émancipé pour évaluer sa réelle capacité à exercer son autonomie. 

Vous reconnaissez-vous dans un de ces profils ? Avez-vous identifié d’autres avantages et inconvénients pour l’un ou l’autre ? Si vous êtes tuteur à distance, êtes-vous attentif aux conditions spatio-temporelles de vos apprenants ? Au plaisir de vous lire.


Enregistrer un commentaire