vendredi 9 juillet 2010

L’accompagnement professionnel des tuteurs de la Téluq : une initiative syndicale. Par Sylvie Pelletier


Au début des années 2000, le Syndicat des tuteurs et
tutrices de la Téluq s’est donné une nouvelle mission, celle de favoriser le développement des compétences professionnelles de ses membres. Le terrain était vierge en quelque sorte puisque les pratiques de tutorat étaient peu formalisées à la Téluq et le développement des habiletés tutorales peu encouragé. La formation initiale des tuteurs consistait pour l’essentiel à leur offrir une présentation du cours et de la démarche d’apprentissage qui l’accompagne de même que la liste des tâches et responsabilités des tuteurs en vertu de la convention collective. Accessoirement, quelques formations collectives ont été offertes aux tuteurs à l’occasion de changements technologiques importants. Malgré son expertise reconnue en formation à distance, la Téluq ne s’était jamais véritablement souciée d’enseigner le métier de tuteur aux nouvelles recrues non plus que de développer et de perpétuer le savoir-faire de ses tuteurs. Les tuteurs étant des professionnels dans leurs domaines respectifs, on présumait qu’ils étaient déjà outillés pour accompagner leurs étudiants dans leur démarche d’apprentissage. Or, le syndicat était régulièrement appelé à la rescousse auprès de tuteurs accablés par l’ampleur de leurs tâches ou aux prises avec des étudiants difficiles. Il est apparu évident que tous n’avaient pas développé les habiletés nécessaires pour encadrer des étudiants et que la Téluq avait bien peu à offrir aux tuteurs éprouvant des difficultés dans l’exercice de leurs fonctions.

En 2003, lors des négociations entourant le renouvellement de la convention collective, le Syndicat a revendiqué et obtenu un ensemble de mesures et un budget d’opération afin de favoriser l’intégration des tuteurs aux activités académiques de la Téluq, et ce, dans le but d’améliorer la qualité de l’encadrement offert aux étudiants. Un comité d’intégration composé de représentants des tuteurs et de représentants de l’employeur fut mis sur pied afin de gérer les projets initiés par des tuteurs. Les premiers projets réalisés, fruits d’une vision bien pragmatique, furent des outils de travail conçus pour faciliter le travail des tuteurs : modèles de messages d’accueil à adresser aux étudiants, foire aux questions, fiche de rétroaction aux examens sous surveillance, etc.

Afin de systématiser les pratiques de tutorat et, surtout de tendre vers une amélioration de ces pratiques, un projet plus ambitieux fut entrepris: la constitution d’une revue des recherches universitaires et autres publications scientifiques portant sur l’encadrement des étudiants dans les cours à distance. Le résultat de cette collecte d’informations nous a amenés à conclure qu’il y avait beaucoup à apprendre sur le métier de tuteur et beaucoup à faire pour tendre vers de meilleures pratiques de tutorat à la Téluq. De là, quelques projets de formation collective ont été initiés par des tuteurs, certains avec la collaboration de spécialistes en sciences de l’éducation. Entre autres formations : l’empathie dans les relations tuteurs-étudiants, la notation et la rétroaction des travaux notés, le plagiat, l’accueil de l’étudiant dans le cours, la gestion des dossiers étudiants. La plus récente séance de formation fut d’ailleurs animée par Jacques Rodet. Offerte en webdiffusion, sa présentation qui fut très appréciée s’intitulait : « Quelques actions essentielles du tuteur pour accueillir, motiver et donner des rétroactions aux étudiants à distance ». Une prochaine séance de formation portera sur l’encadrement des étudiants présentant des problèmes d’ordre cognitif, affectif et autres.

Le projet d’intégration le plus profitable fut sans doute la mise sur pied d’une table pédagogique des tuteurs : un lieu d’échange, de réflexion et de concertation où les représentants des tuteurs prennent position et initient des actions en vue d’améliorer la qualité de l’encadrement. Ainsi, plusieurs projets de formation collective ont été initiés par la Table pédagogique qui s’est également donnée pour mission d’assurer la circulation de l’information auprès des tuteurs. Au fil des années, la Table pédagogique est devenue le centre de références vers lequel convergent les demandes des tuteurs pour toutes questions d’ordre pédagogique et un soutien particulier y est offert aux tuteurs nouvellement embauchés.

Toutes ces initiatives nous ont certainement apporté une valorisation de la fonction tutorale et sensibilisé les tuteurs à l’importance des rôles qu’ils sont appelés à jouer auprès de leurs étudiants. Tous ne sont pas encore convaincus de la nécessité d’améliorer les pratiques de tutorat, mais le taux de participation des tuteurs aux activités de perfectionnement collectif est suffisamment élevé pour susciter une saine émulation.

Sylvie Pelletier, présidente
Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-université

Enregistrer un commentaire