samedi 23 mars 2013

Inciter les apprenants à trouver leurs propres réponses. Par Jacques Rodet


Les apprenants à distance ont besoin du soutien de tuteurs à distance pour persévérer et atteindre leurs objectifs. Toutefois, les tuteurs ont à prendre garde de ne pas rendre les apprenants dépendants d'eux. Cette dépendance peut facilement être créée dès lors que les tuteurs apportent systématiquement des réponses aux apprenants sans les amener à essayer de les trouver par eux-mêmes. Les principes de la maïeutique socratique apportent un certain nombre de pistes à explorer. 

Il est également possible de prévoir un cheminement préalable pour les apprenants avant qu'ils sollicitent leurs tuteurs. A titre d'exemple, cela peut prendre la forme de consignes données à l'apprenant.

  • Situer en une phrase votre difficulté
  • Expliquer en quelques lignes votre difficulté
  • Quelles sont les causes qui font que vous êtes face à cette difficulté ?
  • Qu'avez-vous pensé ou fait pour résoudre cette difficulté ?
  • Quels ont été les résultats positifs et négatifs de vos actions ?
  • Quelles sont les autres pistes que vous pourriez explorer par vous-même ?
  • Quelles sont les personnes ressources de votre entourage qui sont susceptibles de vous aider à trouver une solution ?
  • Pensez-vous que d'autres personnes rencontrent la même difficulté  ?
  • Avez-vous échangé avec elles ?
  • Quelles sont les solutions qu'elles ont trouvées ?
  • Après avoir répondu à ces questions, est-ce que vous formulez toujours votre difficulté de la même manière ?
  • Qu'est-ce qui a changé ?
  • Si vous n'avez plus la même difficulté, recommencer le processus
  • Si c'est toujours la même difficulté, envoyez votre demande d'aide à votre tuteur en joignant vos réponses aux questions ci-dessus.

Dans de très nombreux cas, l'apprenant trouve ainsi, par lui-même, les moyens de solutionner sa difficulté. Un tel processus est également de nature à renforcer l'exercice de son autonomie par l'apprenant.

3 commentaires:

badro25 a dit…

C'est vrai que la plupart du temps, les apprenants attendent des solutions à leurs problèmes alors qu'ils doivent les accoucher eux-même grâce à la stimulation de leurs "méninges".
Très bon listing. Je vais m'en inspirer pour le tutorat que je dirige actuellement.
Merci Jacques pour ces précieuses idées!

Jean-Paul Moiraud a dit…

Bonjour Jacques,

Je lis avec un peu de retard ton billet. Je partage ton point de vue mais je serais encore plus prescriptif que toi. Je suis persuadé qu'un apprenant doit tenir un carnet de bord (carnet de suivi, chronique ...) de sa formation. La forme importe peu, ce qui compte est la prise de recul caractérisant la réflexivité. En structurant ses interrogations, ses doutes on se constitue les bases d'action pour la résolution. En intégralité dans le meilleur des cas, en partie dans les autres cas.

IL s'agit ici d'une gymnastique intellectuelle qui demande du temps sur le court terme mais qui peut se révéler à forte valeur ajoutée sur le long terme.

J'imagine que notre système de formation, inscrit dans l'esprit du life long learning va donner de la force à mon propos. Un apprenant aura certainement recours à plusieurs sessions de formations en ligne au cours de sa vie, prendre le temps de la pause réflexive est un réflexe de capitalisation intellectuelle.

Bien à toi

jpm

Nouv Nouvenli a dit…

Bonjour Jacques,

Merci pour ce billet qui me sera sans aucun doute utile.
Je suis frappée dans mes cours en présentiel du fait que mes stagiaires sont souvent incapable de répondre au trois premières questions. Quand je les interroge sur le problème qu'ils rencontrent, ils répondent souvent par ce qu'il ont fait pour essayer de le résoudre.

Les forçant à exprimer leur difficultés à les formuler et les reformuler, ils finissent souvent par résoudre le problème à ce moment là.
Maintenant que je dois mettre mes formations à distance, je vais utiliser ce listing.

Jacqueline Raynaud (Lpro iFoad Limoges)