lundi 7 mars 2011

Parution du n°8 de la revue Tutorales


J'ai le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 8 de la revue Tutorales dont je reproduis l'édito ci-dessous.


Le thème de l'industrialisation du tutorat à distance est apparu il y a quelques années. Des articles, des communications, des tables rondes, un colloque lui ont été consacrés. Je dois bien avouer que cette expression me laissait un peu dans l'expectative. Pourquoi fallait-il industrialiser, c'est-à-dire standardiser, massifier et automatiser la composante de la formation à distance la plus liée aux médiations humaines (élément fondateur de toute formation, même à distance) ? Le premier dossier thématique de t@d, paru en 2005, portait sur cette question. J’y affirmais une nette préférence pour la notion d’instrumentation dans la relation tutorale et non pas celle du tutorat, déclinant ainsi la distinction qu’Elisabeth Fichez faisait précédemment entre l’industrialisation de la formation et l’industrialisation dans la formation.

En 2007, je constatais dans un billet du blog de t@d que le thème de l’industrialisation du tutorat ne faisait plus recette et avait disparu de « l’actualité tutorale ». Toutefois, j’écrivais que « cela ne signifie pas que ces échanges n'aient pas eu des influences sur certaines manières de concevoir et de pratiquer le tutorat aujourd'hui. » et lançait un appel à témoignages de la part des acteurs qui se seraient frotter de près ou de plus loin avec « l’industrialisation du tutorat ».

C’est donc avec un réel plaisir, qu’à quatre ans de distance, j’ai pu proposer à Corinne Courtin-Chaudun et Françoise Demaison, rencontrées lors de la journée organisée par le FFFOD en 2010 sur le tutorat à distance, de traduire en article la communication qu'elles y avaient faite sur leurs expériences au CNED. C’est ce dernier qui constitue l’élément central de ce numéro. Si elles utilisent volontiers l’expression d’industrialisation du tutorat, j’ai pu constater que l’usage qu’elles en avaient était proche du sens de ma formule plus lourde et donc certainement moins heureuse « d’instrumentation dans la relation tutorale ». En effet, leurs témoignages portent sur deux instrumentations : l’envoi automatisé de messages à partir de l’analyse automatique de certaines traces et le recours à une plateforme téléphonique virtuelle.

En écho lointain et bien modeste à cet article qui expose de manière concrète une certaine industrialisation, je reproduis un billet que j’ai écrit récemment pour le blog de t@d portant sur l’industrialisation des messages proactifs destinés à renforcer la motivation des apprenants à distance. Il permet d’attirer l’attention sur les recherches effectuées par André-Jacques Deschênes et Martin Maltais d’une part et Nicole Racette d’autre part.

Tradition oblige, l’entretien avec un chercheur complète ce numéro. J’ai eu l'opportunité de questionner Christian Depover à l’occasion de la sortie récente du livre collectif qu’il a dirigé, intitulé « Le tutorat en formation à distance ». La présentation de cet ouvrage complète ce numéro 8 de Tutorales.

J’espère que vous trouverez autant de plaisir à sa lecture que j’en ai eu à le préparer.


Bien cordialement,
Jacques Rodet

Télécharger le n°8 de la revue Tutorales (.pdf)

Enregistrer un commentaire