mercredi 25 août 2010

Encourager et apprécier... Réflexions autour des propositions de Christelle Celik. Par Jacques Rodet


Christelle Celik, dans sa thèse dont je me suis récemment fait l'écho, identifie plusieurs pratiques tutorales au sein d'un forum (Chapitre 5 – Les autres pratiques tutorales). Les principales sont :
- ouvrir et clore les messages réactifs-évaluatifs
- personnaliser la relation avec ses étudiants
- accrocher son lecteur : soigner le titre du message réactif ;
- rythmer ses contributions sur le forum et organiser sa réponse ;
- motiver la lecture des pairs et des commentaires tutoraux ;
- savoir questionner ;
- encourager et apprécier.

Je vais m'intéresser ici plus spécifiquement à la dernière de cette liste. Dans sa formulation, elle est assez proche d'un des champs de support à l'apprentissage que je situe sur le plan motivationnel : « encourager et féliciter ». (cf. http://blogdetad.blogspot.com/2009/01/un-petit-essai-de-vscasmo-propos-des.html)


Christelle Celik indique « Enfin, il revient aux tuteurs d’encourager les apprenants et d’apprécier leurs contributions. Dans le cadre d’une formation à distance en ligne où les étudiants sont isolés et où toutes les contributions, ainsi que les commentaires y afférents, sont publics et lisibles par tous, ces deux activités sont aussi importantes que délicates. »

Le terme féliciter renvoie au fait de souligner les réussites de l'apprenant y compris lorsque celles-ci se révèlent très partielles. Le terme « apprécier » manifeste davantage une expression critique. Il s'agit tout autant pour le tuteur de relever les points positifs du travail du tutoré que ceux qui ne le sont pas. C'est bien pour les points négatifs que l'expression du tuteur est délicate, mérite d'être soupesée, et ce d'autant plus qu'elle est publique et écrite.

Christelle Celik donne ici des précisions tout à fait utiles, en particulier en nommant certaines pratiques dans lesquelles nombre de tuteurs se retrouveront. « ...nous avons remarqué que les éventuelles critiques ou remarques que les tuteurs émettent à l’égard des contributions des étudiants sont fortement atténuées par ce que nous appelons à l’instar de Kerbrat-Orecchioni (2005) des adoucisseurs de FTAs (i) […] nous remarquons notamment, et ce souvent après une marque d’encouragement et une valorisation du travail fourni, divers adoucisseurs, comme des désactualisateurs temporels ou modaux et notamment un fréquent usage du conditionnel, des tournures impersonnelles ou passives, des modalisateurs, des minimisateurs, qui souvent sont combinés les uns avec les autres dans un même énoncé. » (p. 272-273)

Ces pratiques permettent certainement d'atteindre des objectifs d'entretien de la persévérance de l'apprenant. Elles font la part belle à des formulations qui permettent à l'apprenant de ne pas se sentir interpellé trop brusquement et qui maintiennent la possibilité de son écoute.

« Il est manifeste que ces tuteurs visent à adoucir le caractère de leurs remarques qui pourraient être perçues comme une atteinte à la face positive des étudiants. En effet, même si l’étudiant sait que l’enseignant est là pour corriger ses erreurs et juger de son travail, car cela fait partie du pacte pédagogique, il n’en demeure pas moins que dans le cadre d’une interaction à finalité pédagogique, l’étudiant cherche toujours à montrer le meilleur de lui-même. Aussi, une remarque de type FTAs, dans le cadre d’une interaction écrite (et qui donc va être pérenne sur le forum le temps du suivi) et surtout publique (car tout participant du forum pourra la lire), peut-elle être très mal vécue et inhiber durablement l’étudiant par la suite. » (p.274)

Si je souscris et me reconnais dans beaucoup de ces pratiques, il me semble toutefois nécessaire de s'interroger sur les effets d'une utilisation trop systématique des adoucisseurs. Est-ce que tous les apprenants y trouvent vraiment leur compte ? Les plus autonomes et matures ne risquent-ils pas de percevoir ces pratiques comme un maternage intempestif ? A se vouloir prévenant, le tuteur ne va-t-il pas être perçu comme un adepte du "tour autour du pot" ? Un évaluateur hésitant ? Et à l'extrême, ce qui serait plus grave et à l'inverse des objectifs poursuivis, comme une personne insuffisamment sincère et non digne de confiance ?

Il est bien difficile, et peut-être pas si utile que cela, de répondre de manière absolue à ces interrogations. Il est par contre important pour un tuteur à distance de les avoir à l'esprit pour mieux établir la relation qu'il entretient individuellement avec chaque apprenant et avec le groupe, relation dont la sincérité réside également dans sa particularité et qui ne peut donc être entièrement modélisable.


(i) : Les Face Threatening Acts (FTAs) sont les actes menaçants pour les faces, ceux qui risquent de porter atteinte à la face de l’un des interactants et qui donc mettent à mal l’ordre de l’interaction.


Enregistrer un commentaire