lundi 22 mars 2010

La consigne et le conseil : de leurs usages par le tuteur à distance. Par Jacques Rodet


La consigne et le conseil sont souvent pris pour équivalents, peut-être parce qu'il partagent le préfixe « con », variante de « co- » qui exprime l'adjonction, la réunion, le parallélisme, la simultanéité, l'identité : avec - ensemble. Pour autant, il y aurait quelques dangers à les confondre en particulier pour les tuteurs à distance qui dans leurs interventions sont amenés à transmettre des consignes et à prodiguer des conseils.

Détour étymologique

Consigne est un déverbal de consigner qui vient du latin « consignare
» : mettre un sceau. Au XVIe s. il est orthographié « consine » et évoque ce qui est consigné par écrit (témoignage). Un siècle plus tard, il désigne l'agent chargé de surveiller le mouvement de personnes ou de marchandises. Au XIXe s. la consigne est une punition militaire qui interdit de sortir puis parallèlement l'endroit de la gare où l'on dépose ses bagages. De nos jours, la consigne c'est aussi la somme perçue en garantie du retour d'un emballage et l'instruction formelle donnée à quelqu'un qui est chargé de l'exécuter.

Conseil vient du latin « consilium » qui signifie avis, conseil que l'on donne ; délibération, plan, projet ; réunion de personnes qui délibèrent, assemblée délibérante. Au Xe s. il renvo
ie tant à l'avis que l'on donne à quelqu'un sur ce qu'il doit faire qu'à la pensée mûrement réfléchie. Deux siècles plus tard il désigne une réunion de gens qui délibèrent. De nos jours, il conserve ces deux sens historiques auquel s'ajoute un troisième : personne qui, à titre professionnel, guide, conseille autrui dans la conduite de ses affaires.
De leurs usages par les tuteurs à distance

Il apparaît donc que la consigne est comparable à une injonction, à un ordre, alors que le conseil est davantage le résultat d'une réflexion transmis à un autre dans le but de l'aider. A partir de ce constat, il est possible de s'interroger sur les usages que les tuteurs à distance peuvent avoir de la consigne et du conseil. Quelles sont les consignes qu'ils doivent transmettre aux apprenants ? Dans quel but ? Quels sont les conseils dont peuvent avoir besoin les apprenants de la part de leurs tuteurs ? Comment les formuler ? En quelles circonstances ? Je présente ci-dessous, sous forme de schéma et de tableaux quelques éléments de réponse à ces questions qui permettent de mieux distinguer la consigne et le conseil et leurs usages par un tuteur à distance.



Les plans de support à l'apprentissage impactés par les consignes et les conseils
(en bleu plus soutenu, les plans les plus impactés)

Clic sur les images pour les agrandir

Nous pouvons retenir que les consignes, de part leur caractéristiques informationnelle et injonctive ne sollicitent l'apprenant que sur le plan cognitif. Il prend connaissance de la consigne et l'applique. Dans la cas contraire, il s'expose à des conséquences variées portant a minima sur les résultats qu'il obtient et a maxima sur son maintien dans la formation. Les consignes sont nécessaires et il n'y a pas de raison de ne pas en émettre. Toutefois, elles se situent davantage comme des données de départ à intégrer que des aides tout au long de la formation et de ses activités.

Les conseils sollicitent l'apprenant sur l'ensemble des plans même si selon les conseils certains plans sont plus impactés que d'autres. Le processus qui l'amène à décider de les suivre ou de ne pas les suivre favorise chez l'apprenant une posture métacognitive. Il apparaît donc que les conseils sont certainement plus formateurs que les consignes. A ce stade nous pouvons donc nous interroger sur les manières de conseiller ?

Quelques manières de conseiller

La plus connue et répandue des manières de conseiller, qui néanmoins ne tient pas toujours ses promesses, est le « faites ce que je vous dis ». Ceci pose plusieurs problèmes. D'une part, le dire est bien moins persuasif que le faire et d'autre part, ce type de conseil ressemble étrangement à la consigne dans la mesure où il est effectué sur le mode de l'injonction.

Montrer comment faire, que ce soit par la description du processus d'action ou par l'exposition de l'action est une forme de conseil déjà plus intéressante. Elle permet à l'apprenant de se projeter et d'envisager comment il peut adapter ce conseil à sa réalité. Cette méthode se révèle plus pertinente lorsque la manière de faire est conjuguée au pluriel. En effet, conseiller, c'est donner à l'apprenant la possibilité de choisir. Ceci est plus manifeste lorsque les alternatives du conseil ne se limitent pas à son acceptation ou à son rejet mais imposent l'examen de plusieurs options. Pour réaliser une action, il y a souvent plusieurs chemins possibles. Le conseil devrait donc être pluriel et exposer des solutions possibles mêmes si celles-ci présentent des caractéristiques qui peuvent être contradictoires.

Montrer comment faire peut toutefois rester assez théorique lorsqu'il s'agit de procédures. Pour pallier à cela, une autre forme de conseil est de donner des exemples. Ceux-ci auront davantage de chance d'être reçus par les apprenants s'ils font référence à leurs environnements et renvoient donc à des situations perçues par eux comme authentiques.

Une dernière manière de faire, que certains tuteurs répugnent à utiliser, est de donner son exemple, non pas pour l'ériger en idéal à atteindre par l'apprenant mais plus simplement pour témoigner de sa pratique. Cela suppose quelques précautions en particulier de mettre en exergue ses biais et préférences tant au niveau des valeurs que des modes opératoires que l'on utilise. Il serait également nécessaire que le tuteur qui donne son exemple ne se limite pas à celui-ci.

Les faux conseils

Un conseil ne peut l'être que dans la mesure où il donne à l'apprenant des éléments concrets d'appréciation qui lui permettront de le retenir ou de l'ignorer. Aussi, le premier « faux conseil » réside dans la formulation de généralités non précises qui ont plus de chances de renvoyer l'apprenant à son impuissance qu'à l'inciter à entrer dans un échange réel. S'il n'est pas interdit au tuteur, bien au contraire, d'amener l'apprenant à trouver les solutions par lui-même, il ne faut pas négliger l'importance que peut revêtir pour l'apprenant le fait d'obtenir de réelles réponses, au moment où il en a besoin.

Le deuxième « faux conseil » est celui qui est assimilable à une consigne. Dans ce cas, loin d'ouvrir le champ des possibles pour l'apprenant, il le contraint à suivre une chemin balisé par autrui sans avoir pleine conscience du but à atteindre. Ce type de faux conseil est assez répandu et dénote justement la confusion entre consigne et conseil que nous tentons de lever à travers ce texte.

Le pire des faux conseil est l'expression qui contient une menace pas toujours voilée : « je te conseille de faire cela si tu ne veux pas... ». A cet égard, il est important de noter que si la consigne peut supporter l'affichage d'une sanction intervenant en cas de son non respect, la menace est destructrice de toute démarche se voulant être un conseil qui pour être efficace doit être délivré dans le cadre d'une relation de confiance et non de crainte.

Quelques étapes pour conseiller

La première chose que le tuteur doit faire avant d'émettre un conseil à un apprenant est de comprendre la situation de celui-ci. Pourquoi a-t-il besoin d'un conseil ? Quels sont les obstacles qui l'empêchent de trouver la solution qui lui convient ? A-t-il chercher cette solution ? Est-il perdu ou veut-il une confirmation ? Nombreuses sont donc les questions préalables au conseil que doit se poser le tuteur ou qu'il doit poser à l'apprenant.

Ensuite, il est nécessaire de faire formuler et reformuler son besoin de conseil par l'apprenant. C'est là que le recours aux techniques de l'écoute active sont à utiliser et peuvent permettre à l'apprenant d'identifier lui-même la solution qui lui est la plus adaptée. C'est alors le moment, pour le tuteur, de passer à la reformulation afin de donner l'occasion à l'apprenant de s'entendre et pour s'assurer d'avoir bien perçu sa situation.

Ce n'est qu'à l'issue de ce processus, dont chacune des étapes ne sont pas forcément très longues, que le tuteur pourra émettre son conseil.

Après le conseil


Le travail de conseiller du tuteur à distance ne se termine pas avec l'émission du conseil. Il nécessite aussi d'amener l'apprenant à vérifier si le conseil lui a été utile, à identifier ce qu'il en a fait, comment il l'a fait sien, s'il lui servira dans d'autres situations que celle pour laquelle il en avait ressenti le besoin. Il s'agit donc pour le tuteur d'inviter l'apprenant à adopter une posture métacognitive dont nous avons vu qu'elle était déjà encouragée par l'émission du conseil pour peu que celui-ci ne se résume pas... à une consigne.

Enregistrer un commentaire