mardi 16 mars 2010

Appel à témoignages d'apprenants à distance pour une thèse en sciences de l'éducation


Dans le cadre d'une thèse en sciences de l'éducation, M. Jean Frayssinhes souhaite recueillir les réponses d'apprenants à distance à deux questionnaires. Cette recherche m'apparaît très intéressante et c'est pourquoi je m'en fais l'écho ici et invite les lecteurs du Blog de t@d étant également apprenants à distance à consacrer un peu de leur temps à répondre à ces questionnaires. Si vous êtes tuteur, n'hésitez pas à transmettre l'adresse de ces liens aux apprenants que vous encadrez.

Le premier s'intéresse aux styles d'apprentissage des apprenants à distance. Il est disponible ici

Le second est consacré à la capacité dont dispose un apprenant à s'auto-former dans un concept de Formation Ouverte et A Distance (FOAD). Il est disponible ici

Je reproduis ici le texte de Jean Frayssinhes présentant sa démarche.

Objectif : Dans le champ des sciences de l’éducation dont il est question ici, les technologies numériques dans un dispositif de Formation Ouverte et A Distance (FOAD) induisent un renversement de perspective. L’apprentissage permanent, tout au long de sa vie, et les conditions qui le rendent possible à distance deviennent un sujet central de recherche, en continuum des travaux sur le « rapport au savoir (1) » et « l’apprenance (2) » qui prennent aujourd’hui le pas sur ceux traitant des problématiques de formation ou d’enseignement. C’est dans ce mouvement que s’inscrivent les travaux de recherche de cette thèse. La question à laquelle ils tentent de répondre est celle de l’amélioration des conditions d’efficacité des apprentissages adultes dans un dispositif de formation ouverte et à distance.

Lire sur un écran d’ordinateur se différencie de la lecture papier comme ont pu le démontrer Jakob Nielsen (3) et Kara Pernice (4) dans leurs études sur le eyetracking (5). Ainsi, on a pu constater que sur un écran la lecture approfondie et exhaustive d’un texte est rare aussi, est-il nécessaire de compiler les informations les plus importantes dans une liste restreinte afin que l’apprenant les lise plus facilement. C’est pourquoi le découpage en « grains » est très important lorsque l’on réalise des contenus didactiques dans un concept de FOAD. D’autre part, la brillance de l’écran d’ordinateur, avec la fatigue oculaire qu’elle occasionne, a aussi une influence sur la qualité de la lecture et sa mémorisation. Les effets cumulés de ces spécificités accroissent les difficultés d’apprentissage dans le concept de FOAD aussi, est-il nécessaire de se poser la question consistant à savoir comment les apprenants adultes s’approprient-ils ce concept avec ses outils spécifiques, quels processus mettent-ils en place, quelles sont les stratégies qu’ils développent, leur capacité à s’auto-former, à collaborer entre pairs, à communiquer avec leur tuteur/formateur, à gérer les conflits cognitifs et communicationnels car, comment pouvons-nous former efficacement les étudiants en FOAD, si nous ne savons pas comment ils apprennent dans ce processus d’apprentissage? Comment pouvons-nous améliorer la performance des salariés d’entreprises qui doivent se transformer en apprenants numériques tout au long de leur vie, si nous ne savons pas nous-mêmes quelle est leur façon privilégiée d'apprendre afin d'améliorer leur apprentissage? Autant de questions vives que nous investiguerons dans cette thèse.

Méthode : utilisation de deux questionnaires informatisés mis en ligne sur la plateforme informatique de la maison de la recherche de l’Université de Toulouse, ce qui en garantit la confidentialité, le stockage et la conservation car seuls l’administrateur système de l’Université et moi-même y avons accès. Le premier dénommé ISALEM 97, forgé par l’équipe de Jean Therer à l’université de Liège, permet de découvrir (s’il y a lieu) le style d’apprentissage dominant, et le second dénommé MSDL, forgé par l’équipe de Gérald Straka à l’université de Brême, permet d’appréhender la capacité d’autoformation/autodirection et de motivation du même apprenant. Il leur est demandé de faire un travail métacognitif et réflexif sur eux-mêmes. Ces outils sont totalement anonymisés mais les participants pourront avoir communication de leurs profils s’ils en font la demande. Dès que la compilation des réponses dans le logiciel de traitement statistique aura été réalisée, toutes les réponses seront détruites.

Durée : la réponse aux deux questionnaires est indispensable pour valider les hypothèses aussi, l’idéal serait que les apprenants répondent en continuum l’un après l’autre bien que cela soit un peu fastidieux. La durée de passation pour les deux questionnaires doit représenter environ 40 minutes pour faire un travail cognitif de qualité.

Date début : au plus tard le 15 mars 2010. Les questionnaires resteront en ligne environ une année. Résultats attendus dès Mai/Juin 2011.

Vos Intérêts éventuels : (en toute modestie bien évidemment et sans préjuger des futurs résultats)
  • Participer à une étude novatrice (à priori, encore aucune étude de ce type en Europe) qui permettra de mieux connaître les stratégies (motivationnelles, collaboratives, cognitives etc) déployées par les apprenants adultes dans un concept de FOAD.
  • Mener un travail réflexif sur vos propres pratiques lors d’apprentissage.
  • Découvrir quelles sont vos tendances, points forts, points faibles éventuels.
  • Comprendre de façon plus explicite les freins que les apprenants en ligne rencontrent et (peut-être) découvrir des pistes d’amélioration selon votre dominance.
  • Apprendre à mieux vous connaître dans le but de progresser et d’être plus efficace
__________________
Notes


(1) Cf. les travaux du Centre de recherche en éducation et formation (CREF) de Paris X – Nanterre, impulsés par Jacky Beillerot, et notamment (Beillerot & al. 1989), (Beillerot & al. 1998), (Mosconi & al. 2000).

(2) Cf. l’ouvrage fondateur de ce courant, dans la continuité des travaux cités précédemment (Carré,2005)

(3) Jakob Nielsen (né en 1957 à Copenhague, Danemark) est un expert dans le domaine de l'ergonomie et de l'utilisabilité des sites web, titulaire d'un doctorat en interactions Homme-machine, obtenu à l'Université technique du Danemark.

(4) Kara Pernice est titulaire d’un M.B.A. de Northeastern University et d’un B.A. de Simmons College. Elle est Directrice de Recherche à Nielsen Norman Group and heads the company's East Coast operations.

(5) http://www.useit.com/eyetracking/


Source de l'image : http://squall21000.unblog.fr/2009/03/01/puzzles/


Enregistrer un commentaire