mercredi 21 octobre 2009

Points de repères sur le support affectif que les tuteurs peuvent apporter aux apprenants à distance


Le support affectif est un des champs de support à l'apprenant qui est fréquemment identifié dans la littérature dédiée à la formation à distance. Plus rares sont les articles qui traitent de manière approfondie cette dimension du tutorat. Ce sera le cas dans un prochain numéro de la revue Tutorales.

D'ici là quelques point de repères

"Le [plan] socio-affectif regroupe les interventions du tuteur visant à lutter contre le sentiment et/ou la matérialité de l’isolement de l’apprenant. D’autres démarches socio-affectives du tuteur visent à ce que l’apprenant atteigne un objectif qui est largement transversal à toute formation en ligne, l’accroissement de son autonomie. En effet, l’autonomie ne peut se résumer à être un préalable demandé aux apprenants. Dans le cadre de formations basées sur une approche collaborative, et celle-ci est de plus en plus fréquente, le tuteur doit également agir comme un facilitateur entre les apprenants." (Rodet, 2007) Tutorat à distance : une fonction essentielle).

Nelly Guillaume dans son article "Un modèle d'animation : vision synthétique des fonctions tutorales" (2009) traite du support affectif et relève que le tuteur "peut être amené à gérer le découragement, l’envie d’abandon, en gardant l’équilibre entre écoute et empathie d’une part, encouragement et « coup de pouce », élan à redonner d’autre part."

El Ouizgani Hassan dans son texte "Apport du travail collaboratif médiatisé par les outils de communication dans un dispositif FOAD : cas du dispositif DAW"(2008) indique que "Dans les dispositifs FOAD récents, la prise en compte de l’interaction sociale comme soutien socio-affectif (donc aussi soutien à l’apprentissage, soutien à la motivation), amène à introduire l’interaction par les pairs."

Michel Umbriaco et Lynda Gosselin dans leur article "Emotion, cognition et formation à distance" (2001), évoquent le concept d'intelligence émotionnelle qui recouvre pour l'apprenant (et donc potentiellement comme champs d'intervention du tuteur) les éléments suivants relevant également du plan métacognitif :
  • La connaissance de ses émotions, autrement dit la conscience de soi ou le fait de pouvoir identifier ses propres émotions.
  • La maîtrise de ses émotions, soit la capacité d’adapter ses sentiments à chaque situation.
  • L’automotivation, c’est-à-dire la capacité de canaliser ses émotions pour se concentrer, se maîtriser et s’automotiver et la capacité de remettre à plus tard la satisfaction de ses désirs et de réprimer ses pulsions.
  • La perception des émotions d’autrui, soit l’empathie ou la réceptivité aux signaux subtils qui indiquent les besoins et les désirs des autres.
  • La maîtrise des relations humaines, soit la capacité d’entretenir de bonnes relations avec autrui, et donc de gérer les émotions des autres.
Et vous, quelle est votre définition du support affectif ? Quelles sont les interventions tutorales que vous privilégiez pour apporter un soutien affectif à vos apprenants ?

Illustration : Louis Morris, Omega IV (1959-60)


Enregistrer un commentaire