lundi 6 décembre 2010

De l'utilisation des jeux de rôles dans la formation des tuteurs à distance. Par Jacques Rodet


La formation des tuteurs à distance a fait l'objet de différentes modélisations. Brigitte Denis dans son article « Quels rôles et quelle formation pour les tuteurs intervenant dans des dispositifs de formation à distance ? » Revue Distances et Savoirs, vol. 2003/1, prévoit une « préparation pratique à l'animation ». De mon côté, je positionne toujours, dans les formations de tuteurs à distance que j'anime, des séquences de mise en situation.

Ces mises en situations peuvent prendre différentes formes : étude de cas type, rédactions de messages proactifs et réactifs, expérimentation des différents outils de communication...

Dans la récente formation que j'ai animée à Constantine avec Alain Bernadoy, nous avons opté pour la réalisation de jeux de rôles qui se sont déroulés selon 3 modalités : en présentiel, sur forum et sur Skype. Les participants ont adopté successivement les postures de tutoré et de tuteur. Les situations proposées étaient les suivantes : i) premier contact permettant au tuteur de se présenter, de présenter le dispositif, de s'enquérir des expériences précédentes du tutoré, de convenir des modalités de communication futures entre eux ; ii) apprenant découragé et proche de l'abandon ; iii) apprenant éprouvant des difficultés méthodologiques dans la réalisation d'un travail ; iv) apprenant ne respectant pas les échéances ; v) apprenant rencontrant des problèmes techniques ; vi) conflit entre apprenants lors d'un travail collaboratif ; vii) apprenant ayant des problèmes de santé qui l'empêchent de tenir le rythme de la formation ; viii) apprenant insatisfait du contenu de la formation qui ne lui permet pas de faire le lien avec ses tâches professionnelles ; ix) apprenant insatisfait par la note obtenue à un travail ; x) apprenant fantôme.

Les situations de jeux de rôles sont infinies et gagnent à être choisies en fonction du contexte dans lequel les futurs tuteurs évolueront. En ce sens, il est possible aussi de répertorier avec les participants quelles sont les situations qui leur posent le plus de problèmes.

Ces jeux de rôles ont été systématiquement suivis de séances de restitution et d'analyse critique avec l'ensemble des participants. Cela permet aux uns et aux autres de repérer leurs erreurs, d'identifier les bonnes pratiques, et les scénarios d'interventions tutorales les plus intéressants. C'est aussi l'occasion pour chacun d'exprimer ses propres représentations sur leur futur rôle de tuteur. Les échanges sont parfois vifs entre ceux qui envisagent un tutorat directif et ceux qui se situent davantage sur le registre de l'empathie.

Un autre intérêt de ces jeux de rôles est de préparer concrètement les futurs tuteurs à utiliser les outils de communication qui seront les leurs. Ainsi de Skype que plusieurs participants n'avaient jamais utilisé. Mettre le casque n'était pas spontané pour eux. Les bruits, l'écho, la qualité parfois médiocre du son étaient autant d'éléments qui leur a fallu surmonter. Même les plus hésitants au départ sont ressortis de ces jeux de rôles avec une plus grande assurance et une meilleure compréhension des difficultés que leurs futurs apprenants seront susceptibles de rencontrer.

Enregistrer un commentaire