lundi 10 octobre 2011

Enseignement secondaire et tutorat immersif. Par Jean-Paul Moiraud

Depuis la création du blog tutvirt (Le tutorat à distance dans les mondes virtuels), nous nous sommes abondamment penchés sur la structure des mondes virtuels et les conditions du tutorat (nous avons encore beaucoup d'hypothèses à vérifier). Nos analyses restent encore au stade du in vitro (même si nos nombreuses immersions nous ont confronté à des situations réelles). Nos postures professionnelles respectives, d'un côté un enseignant du supérieur (Jacques Rodet), de l'autre un enseignant du secondaire (Jean-Paul Moiraud) nous ont amené à trouver un terrain commun d'analyse. Probablement publierons nous un travail de synthèse mais...

L'analyse et l'usage de nos enseignements en ligne, nous amènent à émettre  des intentions spécifiques, parce que nos contextes professionnels sont différents. Nous avons au centre de ce mouvement de balancier (antagoniste ?) un concept commun : Le e.tutorat 

Il est pratiqué dans le supérieur, dans la formation continue, c'est un chantier lancé dans le secondaire. La question centrale de ce billet sera la suivante : Y a t-il une place pour le e.tutorat dans le secondaire ? Quelle est sa potentielle valeur ajoutée ?

Tenter d'isoler les conditions du e.tutorat dans le secondaire, c'est se poser la question de l'organisation spatiale et temporelle de la profession. Historiquement la transmission des savoirs s'effectue dans une unité de lieu et de temps. L'établissement (collège et lycée), est la référence largement partagée dans le métier. On apprend et on enseigne, majoritairement, à l'intérieur des murs.

Mon questionnement dans ce billet sera proche du principe de l'injonction paradoxale chère à l'école de Palo Alto. Je vais poser comme jalon cette première question  : "Peut-on exercer un e.tutorat dans une structure organisée sur le principe d'unité d'espace et de temps ?"

La question est complexe, elle ne supporte pas une réponse dans le registre formel dichotomique de l'affirmatif ou du négatif, puisque le métier change (1). Elle constitue, à la façon d'un tableau impressionniste, une plasticité composée par l'union, la fusion d'une myriade de points.  

1 - Les pratiques dans le monde de l'enseignement 

1.1 - Le tutorat à l'université 
 Essayer de saisir la complexité du sujet consiste dans un premier temps à tourner son regard du côté des pratiques universitaires. Des formations à distance, totalement dématérialisées comme le campus FORSE (FORmation à distance en Sciences de l’Éducation) (2) ou hybrides comme à Rennes pour le master "métiers de la formation", ou le cours de droit des affaires canadiens à la FDV de Lyon (3) pour ne citer que ces exemples.

Un modèle qui se construit grâce aux nombreuses expériences de formation et de e.tutorat en ligne. En France et à l'étranger de nombreuses universités offrent des formations en ligne. Ce sont très souvent des dispositifs mixtes (blended learning), c'est-à-dire un mélange de présentiel et de distant (FAD). L'université maîtrise et développe ces dispositifs en y intégrant le tutorat (4). La chaîne de production d'un système de FAD s'opère par mise en place d'une division des tâches. Le concepteur de cours, le tuteur, les techniciens de l’ingénierie. Les modèles existent et ont fait leurs preuves. 

1.2 - Le tutorat dans les dispositifs de formation continue 
Les organismes de formation continue ont aussi intégré la formation à distance pour les salariés. Les intentions sont spécifiques puisqu'elles s'intègrent dans le cadre du Life Long Learning (LLL) ou formation tout au long de la vie. Les plans de formation sont élaborés en respectant des impératifs de rentabilité et de concurrence. Le législateur reconnait le principe du droit à la formation. Il est encadré par le DIF (5) (droit individuel de formation), le CIF et la VAE (validation des acquis d'expérience). Nous avons, dans ce blog évoqué, cette problématique en analysant les pratiques du GNFA (6) organisme de formation pour les professionnels de l'automobile. Le tutorat est un élément de ces dispositifs (7) 

2 - Le tutorat dans du secondaire 
Les structures et méthodes mises en place dans le supérieur et dans la formation continue sont elles transposables dans le secondaire ? Peut-on à partir d'une extraction de la chair disciplinaire et professionnelle, transposer les modèles en ne conservant que les invariants du système ? La question mérite une réflexion approfondie. 

2.1 - Définition 
Y a t-il une place pour le tutorat dans le secondaire et par extension peut-on tutorer à distance ? 

Nous prendrons pour appui la définition généralement reconnue du tutorat (8), à savoir, "la capacité à rompre l'isolement de l'apprenant, de rester en contact avec ce dernier, d'estomper les effets de la distance sur les apprentissages" (Geneviève Jacquinot "apprivoiser la distance et supprimer l'absence ?" Revue Française de Pédagogie N° 102, INRP, 1993 et Viviane Glickman "des cours par correspondance au e.learning" PUF, 2002

Présence et distance, retrouve t-on ces deux notions  dans les textes ? 

2.2 Que disent les textes ? 
 Les textes qui organisent les enseignements nous renseignent à plusieurs niveaux. Premier constat, si la notion de tutorat n'est pas systématiquement citée en tant que telle, des concepts voisins sont mobilisés - accompagnement, aide, encadrement ... En analysant quelques modalités caractéristiques des périodes de formation du secondaire on peut en extraire des points d'ancrage pour notre analyse. 

2.2.1 - Les TPE (9) (Travaux Personnels Encadrés)
Le bulletin officiel définit ainsi l'esprit des TPE Les “travaux personnels encadrés” sont caractérisés par un travail, en partie collectif dans la majorité des cas, qui va de la conception d’un projet à sa réalisation concrète et à sa présentation orale s’appuyant sur une note synthétique individuelle" 
La circulaire précise : "Les enseignants accompagnent les étapes du travail des élèves en leur prodiguant recommandations, avis et conseils" 

2.2.2 - Les stages en entreprise 
De nombreux élèves et étudiants construisent leurs parcours de formation par une immersion en entreprise. Des savoirs et des compétences sont transmis hors la salle de classe. Le rapport au savoir sera confronté à la distance (non pas sociale mais géographique). On se rapproche ici de la notion de tutorat, telle que nous l'entendons dans ce blog.

Grille BTS MUC


De nombreux élèves et étudiants ont l'obligation de réaliser un stage pour valider leur diplôme. Les apprenants sont "soumis" a un double tutorat celui de leur enseignant référent et celui du tuteur en entreprise. Cette dualité est schématisée par le ministère pour le BTS MUC 



2.2.3 - Les PPCP (Projets Pluridisciplinaires à Caractères Professionnels)
Dans les lycées professionnels, les équipes pédagogiques avec leurs élèves organisent des séquences de travail appelées PPCP . Les textes définissent ainsi le rapport de travail entre professeurs et élèves : "coanimation, animation par l'un des enseignants de tout ou partie de la classe, travail en autonomie des élèves, entretien avec tel ou tel groupe d'élèves etc" (10)   

2.2.4 - Le  parcours d'orientation (11)
 
Dans le cadre de l'orientation des élèves (de la cinquième à la terminale) il est énoncé le principe suivant : "Le parcours de découverte des métiers et des formations concerne tous les élèves, à tous les niveaux de l’enseignement secondaire de la 5e à la classe terminale des cycles de lycées, soit en collège, en lycée général et technologique, en lycée professionnel. Il vise à sécuriser les parcours scolaires, mieux anticiper les transitions, permettre à chacun de construire son parcours personnel de façon la plus éclairée possible pour fonder sur des bases solides ses choix d’orientation." (X)

"Un tuteur conseille et guide un élève volontaire, pendant toute sa scolarité au lycée. Cette personne référente l'aide à construire son parcours de formation et d'orientation et le guide vers les ressources disponibles. Leur dialogue vise à créer les conditions qui permettent à l'élève de devenir autonome dans ses choix."
  

3 - Tutorer dans et hors la classe 

Le balayage rapide de quelques dispositifs nous montre que la notion de tutorat est présente et effective. L'enseignant du secondaire n'est plus cantonné dans la seule posture monolithique de la transmission. Il accompagne, il encadre, il co-anime, il "tutore". 
Reste t-il dans sa classe ? Là encore les textes peuvent nous renseigner. 

Revenons aux TPE. Ils prennent en compte la possibilité de faire sortir les élèves du lycée pour qu'ils puissent aller à la source de l'information. Le  texte de cadrage spécifie à la rubrique "à l'extérieur de l'établissement" : 

"En ce qui concerne les activités rendues nécessaires par l'élaboration ou la réalisation des travaux personnels encadrés qui se déroulent à l'extérieur de l'établissement, les instructions de la circulaire susmentionnée du 25 octobre 1996 (B-II-2) doivent être mises en œuvre. 

Toutefois, lorsque le règlement intérieur le prévoit, ces sorties peuvent être organisées par l'équipe pédagogique conformément à un cadre général défini par le chef d'établissement qui est régulièrement tenu informé des sorties."

Dans le même registre les périodes de stage  sont des temps d'apprentissage hors les murs de l'établissement. Ils éloignent physiquement l'apprenant de son lieu de formation initial sans pour autant rompre le lien avec le savoir et les compétences.

Nous venons de constater que le tutorat existe, que des situations pédagogiques hors les murs de l'établissement existent aussi. Ces éléments sont-ils des ingrédients suffisants pour développer une e.formation qui rendrait cohérent un e.tutorat dans le secondaire ?

Qu'est ce qu'un tuteur ? Nous avons déjà commencé à effleurer cette notion. Jacques Rodet définit ce métier (cette fonction ?) par une succession de verbes : 

Aider, conseiller, renseigner, animer, corriger, évaluer, expliquer, répondre aux questions, contrôler, être responsable, guider, référent, coordination, liaison échange, contrôler, diriger, guider, gérer, animer, harmoniser, organiser, réguler, régler les conflits, soutien, diagnostiquer, renseigner, conseiller, motiver, stimuler, synthèse. 

Un ensemble de verbes qui peut à l'identique s'appliquer à la mission d'enseignant en présentiel. En disant cela nous entrons dans le vif du sujet. Il faut élaborer une grille de conversion entre les compétences du métier d'enseignant et les compétences du métier de tuteur. Des verbes identiques pour des enjeux très différents. 

3.1 - Tutorer dans la classe 
Nous l'avons déjà évoqué, le tutorat (ou tout autre appellation) existe dans le secondaire. Je ne reviendrais pas sur ce point. Je souhaite analyser le champ du possible pour un e.tutorat. Aider, conseiller, renseigner, corriger ... mais  hors la classe. Y a t-il deux métiers différents, ou le métier d'enseignant est-il en train de pivoter sur ces bases ? 

3.2 - Tutorer hors la classe 
C'est le point le plus difficile à analyser. J'ai eu l'occasion d'aborder cette question lors de la consultation de la mission Fourgous (12). J'ai tenté de faire le point sur la question du temps et de l'espace dans l'enseignement. Gardons nous des phrases définitives qui proclament l'abolition du temps et de l'espace, restons réalistes et affirmons que nous pouvons l'envisager.

J'aborderai cette question sous l'angle technologique puis sous l'angle pédagogique, la liaison entre ces deux axes donnant du sens à l'enseignement et à l'apprentissage. (13) 

3.2.1 - La technologie 
Nous avons à ce jour une profusion d'outils à disposition. L'action conjuguée du ministère de l'éducation nationale et des collectivités locales (départements et régions), les initiatives personnelles des enseignants, donnent à voir des usages pédagogiques instrumentés. 

3.2.1.1 - Les ENT 
Le déploiement massif des ENT (14) permet a un grand nombre d'enseignants d'accéder à des solutions numériques. Les équipes des divers établissements français se  penchent sur les possibles utilisations des ENT (15). Il pourrait  permettre de faire éclater les murs de la classe si l'on sait inventer et mutualiser des usages et des scnénarios pertinents. Les enseignants pouvant externaliser dans les nuages (cloud) leurs cours, les élèves pouvant accéder hors le temps de classe des ressources. 

3.2.1.2 - Les structures des edupunks (16
A côté des solutions institutionnelles, des enseignants instrumentent des outils commerciaux du web 2.0 pour les bricoler et les détourner en applications pédagogiques (twitter pas exemple pour citer le plus à la mode) Il est évident que ces pratiques débouchent sur des situations pédagogiques innovantes avec comme pierres angulaires la collaboration, la coopération, le partage. 

3.2.1.3 - Les mondes virtuels 
Je ne peux, bien évidemment, évoquer la question du e.tutorat, sans parler des mondes virtuels et en leur consacrant une rubrique spécifique. Ils s'inscrivent dans cette problématique de l'enseignement / apprentissage instrumenté. Je renvoie aux billets que nous avons rédigé au sein de ce blog. 

3.2.2 - La pédagogie
Le choix de solutions technologiques dépend des intentions pédagogiques exprimées par les enseignants (et non le contraire). S'il fallait donner un tempo à la conception/ instrumentation du e.tutorat (dans le secondaire), je dirais que la démarche est la suivante :
  1. Définir ses intentions pédagogiques
  2. Sélectionner la (ou les) fonctionnalité(s)  adaptée aux besoins.
  3. Tutorer (commencer à ...) 
Les enjeux pédagogiques du e.tutorat, ne sont pas qu'une question de technologie mais bien un enjeux de scénarisation. J'émets l'hypothèse que le métier d'enseignant doit (devrait) intégrer dans la formation initiale et continue une initiation à la méthodologie de scénarisation des dispositifs instrumentés. A défaut de sensibilisation, le risque est grand d'observer des pratiques de reproduction instrumentée d'anciennes méthodes ou le e.tutorat sera le grand absent.

4 - Le tutorat, freins et gains

4.1 - Les freins au tutorat 

La structure des cours dans le secondaire est contrainte par l'organisation du métier. L'établissement reste de façon générale, le lieu de référence pour les apprentissages. J'ai parlé dans d'autres billets, à propos du statut des enseignants, de période archéo-digitale. Il semble, a priori, difficile de concilier le rigide et la malléable. Ce point du débat renvoie la discussion à un niveau méta, un niveau de décision politique supérieur.

La question s'inscrit dans la capacité à (re)définir la fiche de poste du métier d'enseignant. La réflexion est cadrée entre deux bornes équidistantes (Enseigner - Tutorer).

Dans d'autre secteurs, comme l'université et la formation continue, les fonctions d'enseignement et de tutorat peuvent être dissociées. Deux métiers différents émergent. La confusion du métier d'enseignant et de tuteur est une donnée incontournable dans le secondaire. Elle peut être sous certains angles une richesse, elle peut être aussi un frein réel.

Cependant, il serait contreproductif, pour ne pas dire faux, de penser que l'enseignement secondaire est monolithique.Des éléments de cadrage apparaissent en étudiant les niveaux de formation. 

4.1.1 - L'autonomie des élèves des apprenants



Le e.tutorat suppose une certaine autonomie des apprenants. Par autonomie j'entends la capacité à intégrer les apprentissages en dehors de la classe. Quelle est la capacité de l'apprenant à se mettre en disposition d'apprendre sans contact présentiel avec l'enseignant ? L'élève de sixième a t-il les mêmes dispositions que ce lui de terminale ? 


4.1.2 - La granularité du e.tutorat 
Entre la stratégie du campus Forse qui a dématérialisé la formation et les intentions d'un enseignant qui fait le choix du e.tutorat pour une partie de son enseignement, le spectre est large. Dans cette largeur nous devons estimer quel est l’entrebâillement dans lequel il faut s'engouffrer pour introduire le tutorat dans le secondaire. En introduction j'osais la métaphore picturale de l’impressionnisme. C'est la particularité des points  qui m'intéresse, même si j'ai en ligne de mire l'esthétique générale, soit le gain pédagogique final. 

4.2 - Les gains du tutorat 
A défaut de pouvoir déterminer un modèle global et généralisable de e.tutorat, il est possible de proposer quelques pistes pour des segments précis et identifiés. Cela suppose que les enseignants soient en capacité de générer des scénarios de e.tutorat. J'entends, par là, la capacité à exprimer une intention pédagogique structurée, dans un contexte pédagogique déterminé. Le scénario peut être construit de façon formelle ou informelle, seul ou en équipe. 

4.2.1 - Les segments de modules "tutorables" 
Il est possible de donner des pistes pour la construction de ces scénarios à granularités fines, notre postulat est d'exclure le méta scénario. Le méta scénario est très complexe, il faut avoir la capacité de bâtir un cours avec une proportion importante de e.tutorat. Il est préférable de privilégier la politique des petits pas. L'entrée dans cette réflexion peut s'entendre par la construction d'un e.tutorat au niveau d'un chapitre ou d'un thème particulier Le micro scénario ne dénature pas la démarche, il la valorise, il l'engage. 

4.2.1.1 - Le e.tutorat pour la formation par alternance 
Dans les lycées technologiques et professionnels la mission des enseignants est triple, enseignement en formation initiale, alternance et VAE. La possibilité d'avoir à gérer un public statutairement  hétérogène (mixage des publics) dans la classe pose la question du e.tutorat. Il est possible que des enseignants aient à gérer au sein d'une classe des apprenants présents en continue, des apprenants présents selon le rythme de l'alternance. Le e.tutorat peut être un atout pour gérer la diversité. 

4.1.1.2 - Le e.tutorat pour les VAE 
La loi du 24 novembre 2009 a instauré la validation des acquis d'expérience. L'article L 6411-1 du code du travail stipule que :

"La validation des acquis de l'expérience mentionnée à l'article L. 6111-1 a pour objet l'acquisition d'un diplôme, d'un titre à finalité professionnelle ou d'un certificat de qualification figurant sur une liste établie par la commission paritaire nationale de l'emploi d'une branche professionnelle, enregistrés dans le répertoire national des certifications professionnelles prévu par l'article L. 335-6 du code de l'éducation."

La construction d'un dossier est long et complexe, le e.tutorat semble avoir toute sa place pour ce genre d'exercice c'est-à-dire l'accompagnement et la rupture de la solitude du candidat. Mon expérience de jury de VAE m'a fait percevoir le manque d'accompagnement des candidats pour donner une homogénéité à leur présentation. 

4.1.1.3 - Le e.tutorat pour les stages 
Les périodes de stages sont extrêmement importantes puisqu'elles permettent d'associer l'acquisition de savoir nouveaux et des compétences, par immersion dans un milieu professionnel.
Qu'il s'inscrive dans le cadre de la formation initiale ou dans le cadre de la formation en alternance, le stage inscrit la formation dans le registre de la rupture. Rupture due au passage de la salle de classe à l'entreprise et rupture due au passage de l'entreprise à la salle de classe. La gestion de ces temps interstitiels est un enjeu pour le tutorat dans le secondaire.  

4.2.2 -  Les gains pour les enseignants
Je vais m'appuyer sur mon expérience pédagogique dans les mondes virtuels pour illustrer mes propositions (il est tout à fait possible de le transposer dans un autre contexte technologique).

Ces propositions reposent sur un travail préalable des enseignants. Il est nécessaire de penser le tutorat dans un métier redéfini. J'ai pour habitude d'expliquer que les premiers pas dans les mondes immersifs doivent être accompagnés puisqu'il faut déconstruire le réel pour recomposer le virtuel.Le e.tutorat participe de la même logique puisqu'il s'agit de déconstruire des méthodes d'enseignement et d'apprentissage pour en recomposer d'autres. La méthode qui prévaut auprès des enseignants se nomme donc PEDAGOGIE. Pédagogie du changement, management de l'innovation.

L'émergence et le développement du e.tutorat doit passer par une prise en compte institutionnelle :

Par les corps d'inspection, en intégrant le e.tutorat dans l'appréciation du travail des enseignants.

Par les chefs d'établissements avec les personnels en construisant le volet numérique du projet d'établissement. On peut donner quelques pistes de réflexion pour cette analyse :
  • Possibilité de travailler en réseau. Déborder le cadre de l'établissement  pour constituer des équipes inter-établissements
  • Intégrer la notion de fonctionnalité pédagogique d'un outil
  • Modifier la perception du métier, passer du transmissif simple à des compétences autres comme l'accompagnement, l'encadrement
  • Construire le continuum pédagogique avec les autres établissements du supérieur
  • Acquérir des compétences et une culture numérique.

4.2.3 - Les gains pour les apprenants
Dans le cadre des scénarios à mettre en place, il convient d'analyser quels peuvent être les gains pour les apprenants. A l'aune de mes usages (17), je peux donner quelques pistes. 

4.2.3.1. -  Acquérir une culture numérique 
Dans un monde du savoir reconfiguré par la présence du numérique, le e.tutorat contribue à construire la culture numérique des élèves. Les sections dans lesquelles j'enseigne (BTS design de mode et DSAA créateur concepteur textile) le e.tutorat permet de préparer aux enjeux de la vie professionnelle. Les structures de production sont mondialisées, on conçoit dans un pays, on produit dans l'autre. 

4.2.3.2. - Utiliser des compétences là où elles se trouvent 
Apprendre et enseigner en s'appuyant sur un dispositif numérique suppose de mobiliser un certain nombre de compétences numériques. L'école ne bâtit pas sur du vide. Les nouvelles générations baignent dans un environnement instrumental numérique, dès la petite enfance. Une génération dite "digital native" a acquis des compétences informelles en jouant avec la WII, la playstation ou autres consoles, en communiquant sur msn, en ouvrant des comptes sur Facebook, Twitter etc. Il faut se saisir de ces compétences informelles pour les transformer en instruments d'acquisition des savoirs. Le e.tutorat est probablement une opportunité pour associer une gestuelle, de comportements à des démarches construites.

Nous sommes donc au début de cette réflexion sur le e.tutorat dans le secondaire. Nous ne pouvons à cet instant qu'observer les usages qui se développent dans les établissements. Nous connaissons bien ce tableau type qui part d'une démarche d'expérimentation, de recherche action pour tenter d'aller vers une généralisation. Le chemin est encore long. Jacques Rodet dans un billet de T@D illustre son texte par un tableau de Jackson Pollock le maître du "dripping". C'est une belle illustration de notre propos, derrière un apparent désordre, la technique du peintre consiste à maîtriser le geste, à lui donner un rythme assuré, pensé. C'est bel et bien la gageure du métier d'enseignant, penser, organiser, maîtriser, structurer une discipline qui donne l'illusion de l'aléatoire.

---------------------------------

Cours de droit canadien FDV Lyon 3 Jean Moulin http://www.educpros.fr/detail-article/h/da8566f83f/a/e-learning-second-life-offre-une-salle-de-cours-virtuelle-a-la-fac-de-droit-de-lyon-3.html 

(4) Le Campus numérique FORSE : analyses et témoignages PUR, 2007

(5) Le DIF http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/formation-professionnelle,118/le-droit-individuel-a-la-formation,1071.html  

(6) De l'influence ... http://tutvirt.blogspot.com/2011/08/simulation-en-monde-virtuel-ou-serious.html - Le site du GNFA http://www.gnfa-auto.fr/ 

(7) Tutorat en entreprise http://tutoratenentreprise.blogspot.com/  

(8) Le Campus numérique FORSE : analyses et témoignages PURF - Trois stratégies tutorales en licence (Page 46)

(9) Les TPE http://www.education.gouv.fr/botexte/bo010111/MENE0100008C.htm 

(10) PPCP http://www.education.gouv.fr/botexte/bo010913/MENE0101763C.htm 


(12) Temps numérique, temps statutaire (contribution à la mission Fourgous, 2009) http://moiraudjp.wordpress.com/2009/10/08/temps-numerique-temps-statutaire/ - La mission Fourgous http://missionfourgous-tice.fr/ 




(16) "L'Edupunk est une méthode d'enseignement et d'apprentissage. Cette méthode se définit comme une approche de l'enseignement qui évite les outils traditionnels tels que Powerpoint et le Tableau noir, et vise plutôt à amener l'attitude rebelle et le comportement Do It Yourself des groupes punks des années 70, au sein même de la classe" (Wikipédia)

(17) Bilans de pratiques en mondes immersifs http://moiraudjp.wordpress.com/2011/07/07/bilan-dactivite-2011-le-e-learning-dans-les-mondes-virtuels/ -Bilan TRAAM 2010 proposition d'utilisation d'un monde virtuel en situation d'apprentissage - http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/ecogestion/legt/spip.php?article608
Enregistrer un commentaire