lundi 2 février 2009

Comment fixer la rémunération des tuteurs à distance ? Par Jacques Rodet


Cette question est certainement à traiter en priorité par les services des ressources humaines des institutions éducatives et de formation. Les quelques offres d'emploi concernant des postes de tuteur à distance indiquent souvent des rémunérations se situant à un niveau assez bas. Il arrive que la rémunération proposée soit en-dessous du SMIC, en particulier lorsque le tutorat est confié à des stagiaires ou des étudiants. Dans le milieu universitaire, les enseignants sont rémunérés le plus fréquemment en heures équivalent TD. En formation professionnelle, les heures de tutorat entrent souvent dans le service du formateur, la base salariale étant alors celle du poste de formateur.


Son salaire est aussi l'affaire du tuteur à distance

L''établissement d'un salaire dépend de l'état de l'offre par rapport à la demande et de la négociation entre les parties. Si la variété des missions confiées aux tuteurs interdit de donner ici une grille précise, il me semble important d'insister sur le fait que les compétences demandées au tuteur sont généralement plus larges que celles requises pour un formateur présentiel ou un enseignant dispensant ses cours en amphi et confiant le suivi des TD à des vacataires. La rémunération du tuteur à distance devrait donc tenir compte des compétences disciplinaires, pédagogiques,
relationnelles et techniques attendues chez le tuteur. De plus, la nature des missions autorisées par la distance, comme l'individualisation du suivi, devrait également être prise en compte. Enfin, la rétroaction aux travaux des apprenants, tâche peu valorisée en présentiel, essentielle à distance pour agir sur la motivation et la persévérance des apprenants, devrait également entrer dans le calcul de la rémunération du tuteur à distance.

Modes de calculs de la rémunération du tuteur à distance
Les modes de calcul de la rémunération des tuteurs dépendent donc de multiples facteurs :
état du marché, statut professionnel du tuteur, compétences requises, interventions demandées. La rémunération est souvent calculée sur la base d'un forfait d'heures par apprenant. Or la difficulté principale réside bien dans le fait de définir précisément le temps moyen d'interventions tutorales pour un apprenant. Comme aime à le rappeler Viviane Glikman, L'APPRENANT n'existe pas, le tuteur à distance est toujours face à DES apprenantS, dans la diversité de leurs personnalités et de leur besoins d'aide.

Il pourrait être envisagé alors de rémunérer le tuteur au temps passé. Plusieurs difficultés sont liées à cette méthode. D'une part, il est nécessaire pour l'institution d'avoir des traces exhaustives du travail des tuteurs. Ceci n'est pas toujours possible. Comment tracer par exemple le temps d'une communication téléphonique passée par le tuteur depuis son domicile personnel ? Dans ce cas, le coût de cette communication est-il remboursé au tuteur ? D'autre part, chaque tuteur est également unique et où l'un passera quelques minutes, un autre peut passer plusieurs heures. Ceci n'est pas forcément lié à l'expérience des tuteurs concernés, encore que cela joue bien évidemment, mais aussi à la manière dont les tuteurs conçoivent leurs tâches et dont ils répondent à cette double question : Est-ce que j'en fais assez ? Est-ce que je n'en fais pas trop ? Au final,
il est bien peu probable que l'institution puisse réellement s'engager dans un système aussi peu prévisible et donc bien compliquer à budgétiser.

Entre forfait et temps passé, ma préférence irait donc au premier sous réserve que celui-ci fasse réellement l'objet d'une discussion entre l'institution et le tuteur, ou un collectif de tuteurs, qui aboutirait à la définition précise des tâches et de leur valorisation en temps. Ce contrat pourrait faire l'objet de révisions régulières qui permettraient la prise en compte des retours d'expériences de l'activité tutorale dans le dispositif concerné.


Si la rémunération est un élément important d'identité professionnelle et de reconnaissance sociale, il serait opportun que les tuteurs témoignent de leurs conditions salariales et puissent en débattre. Aussi, je lance un appel à témoignages et à contributions sur ce blog, à publier en commentaires à ce billet, ou à me faire parvenir par mail. Cet appel court jusqu'au 16 février et fera l'objet d'une synthèse.

Aller plus loin
Enfin, je vous rappelle que vous pouvez facilement avoir une idée plus détaillée de votre statut professionnel de tuteur à distance à partir de la grille d'évaluation des conditions de travail des tuteurs à distance produite par t@d, qui si elle date de 3 trois ans n'a pas trouvé de compléments ou de successeur à ce jour.

A voir également le point très complet sur les rémunérations des tuteurs à distance de la Téluq paru dans le hors série des Fragments du Blog de t@d : La lutte des tuteurs de la Téluq (p.41 à 46) .pdf

Enregistrer un commentaire