mercredi 3 février 2010

A propos des outils de communication à la disposition du tuteur à distance. Par René Andreani


L’objectif de ce billet est de partager quelques réflexions concernant l’utilisation des outils de communication à la disposition du tuteur de formation à distance.

La description de ces outils, leur classification, la liste des avantages et des inconvénients se trouvent maintenant assez facilement sur le Web. Cf. par exemple le document du GRECO http://greco.grenet.fr/documents/_tutorat_outils_de_communication.pdf

Il s’agit ici, plutôt d’essayer de pointer les écueils que peut représenter l’utilisation de ces outils au cours d’un processus d’apprentissage dans lequel les échanges à distance prennent une place importante.

Les réflexions que j’exprime sont tirées de mon expérience personnelle de tuteur de formation académique (outils TICE) utilisant la plate-forme du CNAM (Plei@d) et… de l’expérience d’apprenant que je vis en ce moment à travers une formation animée par Jacques Rodet. Elles se limiteront aux principaux outils de communication synchrone.

Des outils de communication… mais lesquels ?

Au cours d’une conférence en ligne qui concernait « la mise en œuvre de parcours Pairform@nce », une collègue a utilisé, à propos de ce qui est mis en place par les tuteurs de formations à distance, une expression qui me parait très juste : « il s’agit de reconstruire ce que la distance défait ».

De ce point de vue la panoplie des outils de communication à disposition est devenue tellement pléthorique (voir le document cité plus haut) qu’il est indispensable de se poser les questions suivantes : quelles tâches ? Quels outils ? A quels moments ?

Comme l’évoquait un de mes collègues, la multiplication des supports de communication et d’échanges peut être contre-productif. Cela peut décourager d’avantage les personnes qui ont a priori peu d’appétit pour ce type d’outils mais peut également dérouter les personnes pourtant habituées à communiquer par ces voies. D’autant que cette « dispersion » accroît un autre problème : celui lié au facteur temps.


Des outils de communication… mais quelle communication ?


Concernant les outils synchrones, celui qui semble poser le moins de problème et apporter aux stagiaires le plus de satisfaction est la Classe Virtuelle. C’est en effet l’outil qui se rapproche le plus du présentiel et dans lequel tuteurs et apprenants retrouvent le plus facilement des postures « allant de soi ».

L’autre outil synchrone très utilisé est le Chat. Précisément, l’idée de rédiger ce billet m’est venue suite à ma participation à un chat durant lequel j’ai retrouvé les problèmes rencontrés dans les chats des formations que j’ai été amené à tutorer :

  • Décalage dans le temps entre la question et la réponse, surtout bien sûr quand les intervenants sont nombreux. Suivre les échanges peut devenir vite une gageure, en tout cas très inconfortable pour le tuteur comme pour les apprenants. Il est possible d’obtenir une réponse précise à une question précise mais le bénéfice collectif peut s’avérer faible.
  • Participer impose de taper rapidement et du coup brièvement, ce qui peut fausser le message qu’on souhaite faire passer dans les réponses, mais également dans les questions qui sont parfois imparfaitement formulées, entraînant une demande de précisons suivant d’une reformulation etc.
Source de l'illustration : http://www.photo-libre.fr


Enregistrer un commentaire