mardi 13 janvier 2009

Depuis un an, la veille sur le tutorat à distance par t@d


Depuis une année, t@d s'est dotée d'outils de veille collaborative sur le tutorat à distance à partir de tags sur delicious et par la présentation des ressources repérées sur un blog et à travers un widget. Cette démarche est venue compléter le travail de veille documentaire que je mène depuis 7 ans afin de rassembler les présentations de publications scientifiques sur le tutorat.

Cette solution de veille est assez différente de celle de l'agrégateur de flux qui se répand de plus en plus depuis 2 ou 3 ans. Si cette dernière manière de faire de la veille est particulièrement précieuse, et qu'un agrégateur comme Netvibes autorise le partage des flux RSS de sites choisis (cf. par exemple le portail Netvibes de Stéphane Wattier), elle ne constitue à mes yeux qu'une première étape de la veille. En effet, au-delà du repérage des sources d'informations à travers les flux RSS, il est essentiel d'en faire un certain tri selon ses propres intérêts, c'est ce que j'appelle le traitement des résultats de la veille. Ceci s'apparente à une sorte de travail éditorial qui permet de distinguer l'essentiel de l'accessoire, de différencier ce qui mérite d'être garder pour réutilisation de ce qui est simplement information ponctuelle. En la matière, d'autres outils de gestion et non plus seulement d'agrégat des flux restent à inventer. Dans l'attente de ces outils, j'utilise un carte FreeMind pour conserver les résultats qualifiés de ma veille.

Il y a donc bien deux logiques de veille. La première consiste pour chacun à dimensionner son propre agrégateur de flux et éventuellement à en donner accès aux autres (encore merci à Stéphane Wattier pour l'exemple donné). Cette logique pourrait voir un certain aboutissement par la mise en place d'un agrégateur d'agrégateurs qui serait en mesure de gérer les doublons. Ceci me parait essentiel tant j'ai pu constater que les portails Netvibes des veilleurs du e-learning sont bien semblables.

La seconde est d'organiser une veille à plusieurs dans une démarche collaborative, choix fait par t@d. Le problème qui se pose alors est que le nombre de volontaires à participer à la veille collective peut se révéler assez faible. Cela tient à mon sens au fait que des objectifs de veille collaborative ne peuvent pas toujours suffire à atteindre les objectifs individuels de chacun et que chacun donne priorité à ses objectifs individuels de veille, ce qui n'est pas anormal.

l'image dans son contexte, sur la page : www.journaldunet.com/.../4-veille.shtml


Enregistrer un commentaire