vendredi 9 janvier 2009

Nouveautés dans la base documentaire de t@d


Vous trouverez ci-dessous les résumés des derniers articles répertoriés dans la base documentaire. Certains remontent à 2005 et nous avaient échappé jusqu'à maintenant...

Bonne lecture !



Modalité d’interaction humaine dans la formation en ligne : son influence sur l’apprentissage


Elke Nissen


La présence de l’interaction humaine dans une formation en ligne est s’accrue avec l’évolution des technologies de la communication et fait partie aujourd’hui des composantes habituelles de ces formations. L’interaction sociale est vue comme un facteur d’apprentissage. Or, la question se pose de savoir quelle modalité d’interaction est la plus adaptée pour un type de tâche et pour un contexte donnés. A côté d’un tutorat qui paraît indispensable pour l’orientation des étudiants à distance, le groupe restreint apporte-t-il des bénéfices ? Les modèles théoriques généralement utilisés sont issus de l’enseignement présentiel et ne mettent pas en parallèle une situation d’interaction en groupe tutoré et une autre en individuel tutoré. Notre recherche empirique a ainsi pour objectif de voir laquelle des deux modalités d’interaction est plus adaptée dans une formation en langues à distance qui se situe dans une perspective actionnelle. Elle compare les deux modalités, et cela successivement sur deux plate-formes. Le groupe a tendance à progresser davantage que les individuels tutorés dans la qualité de ses rédactions durant la phase de formation. En revanche, en termes d’apprentissage, aucune différence significative entre les deux populations ne peut être observée. Les phénomènes observés restent stables d’une plate-forme à l’autre, faisant ainsi apparaître le groupe restreint tutoré, dans le contexte donné, comme un moyen performant pour produire, mais pas forcément pour apprendre.

Année : 2005

Mots clés : Modalité d’interaction humaine – apprentissage collaboratif – formation à distance – perspective actionnelle en langues



Perception par le tuteur de l’activité d’un apprenant engagé dans une activité collective à distance

Christelle Laperrousaz, Pascal Leroux, Philippe Teutsch


Cet article cherche à répondre à une des difficultés rencontrées par un tuteur en situation de suivi d’une activité collective à distance, à savoir la perception de l’activité individuelle des apprenants dans l’activité de groupe. À partir d’une étude de la littérature sur les scénarios d’activités collectives à distance et sur la dynamique de groupe, nous proposons des moyens de faciliter la perception de l’activité individuelle par le tuteur. Ces moyens s’appuient sur une perception des productions individuelles et collectives des apprenants, des discussions collectives, des comportements sociaux ainsi que sur l’analyse sociométrique du groupe. Nous avons confronté ces propositions aux besoins réels des tuteurs d’activités collectives via des entretiens menés auprès de huit tuteurs.

Année : juin 2005

Mots clés : Formation ouverte et à distance – Apprentissage collectif – Tutorat – Suivi d’un apprenant



Suivi de classe à distance : propositions génériques et expérimentation en électricité

Viviane Guéraud, Sandrine Michelet, Jean-Michel Adam


Cet article s’intéresse à la tâche de suivi d’une classe dans un contexte de Formation Ouverte et à Distance. Plus particulièrement, nos travaux visent à assister le tuteur pour le suivi de Situations Actives d’Apprentissage fondées sur l’exploitation de simulations. Nous proposons une approche générique s’appuyant sur le concept de scénario pédagogique. Créé par un formateur-auteur, un scénario FORMID définit à la fois l’objectif à atteindre par l’élève sur la simulation et les différents contrôles qui permettront d’observer sa progression dans la tâche. Ces contrôles sont pris en charge par l’outil FORMID-Elève et les traces résultantes sont exploitées par l’environnement FORMID-Suivi. Ce dernier ainsi que son usage par les tuteurs sont décrits dans le contexte d’une séance d’apprentissage en électricité. Conçue avec des enseignants du secondaire, composée d’activités de différentes natures, elle a été expérimentée dans diverses classes et a fait l’objet de suivis selon différentes modalités.

Année : juin 2007

Mots-clés : Formation Ouverte et à Distance – Suivi de l’apprenant – Tutorat – Scénario pédagogique – Simulation – Ingénierie des Situations Actives d’Apprentissage.



Pratiques tutorales correctives via Internet : le cas du français en première ligne

François Mangenot, Katerina Zourou


Dans le cadre d’un projet de télécollaboration, des étudiants en master professionnel FLE ont encadré à distance des apprenants de français espagnols. Cet encadrement a consisté à concevoir des tâches, à accompagner la réalisation de ces tâches à travers des plateformes de formation en ligne et plus largement à communiquer (de manière asynchrone) avec les étudiants distants. Les tâches demandant le plus souvent une production ouverte, tantôt écrite, tantôt orale, l’un des problèmes auxquels ont été confrontés les futurs enseignants de FLE est celui de la correction des énoncés produits : c’est à cette dimension évaluative de la communication médiatisée, qui constitue une forme d’aide (humaine) à l’apprentissage, que s’intéresse cet article. La question sous-jacente est celle de la spécificité d’une relation à la fois instrumentée, en mode asynchrone et entièrement à distance quant à ce problème de l’évaluation des productions langagières.

Année : 2007

Mots clés : apprentissages collectifs assistés par ordinateur – ACAO – communication médiatisée par ordinateur – CMO – tutorat à distance – évaluation des productions – formation d’enseignants



Tutorat de langue par visioconférence : comment former aux régulations pédagogiques

Nicolas Guichon, Samira Drissi


Cet article vise à contribuer à la réflexion sur la formation des tuteurs de français langue étrangère (FLE). La recherche présentée s’appuie sur l’étude d’une situation de formation au tutorat de langue en ligne mettant en relation, grâce à un dispositif de visioconférence poste à poste, des apprenants américains et des apprentis tuteurs. Ces derniers déploient les ressources pédagogiques et communicationnelles dont ils disposent pour gérer au mieux huit séances hebdomadaires de tutorat synchrone. Les séances de tutorat sont rythmées par des énoncés et des actions produits par les tuteurs pour orienter l’activité d’apprentissage. Ces régulations pédagogiques, recueillies par le biais de captures dynamiques d’écran, fournissent la matière pour étudier l’émergence de stratégies pédagogiques et de modes communicationnels. Le travail sur ce corpus multimodal permet de décrire certain des ressorts de la pédagogie synchrone en ligne. Il aboutit, en outre, à proposer des critères d’évaluation des régulations pédagogiques en vue d’améliorer certains aspects de la formation au tutorat de langue en ligne.

Année : 2008

Mots clés : tutorat en ligne, formation, multimodalité, synchronie, visioconférence poste à poste


Accompagnement tutoral d’une formation collective via Internet. Analyse des effets de cinq modalités d’intervention tutorale sur l’apprentissage en groupes restreints.

Jean-Jacques Quintin


La recherche que nous présentons dans ce travail se situe dans le prolongement de nos premières investigations (ibid.). Au-delà de l’intérêt de confirmer les tendances mises au jour, la présente étude entend mieux comprendre les effets de la modalité proactive sur la qualité de l’apprentissage des étudiants engagés dans un travail collectif en groupes restreints. A cette fin, nous avons adopté une démarche expérimentale destinée à comparer, par effet de contraste, l’impact sur l’apprentissage de cinq modalités d’intervention tutorale (MiT). Les MiT étudiées ont été élaborées en privilégiant, pour trois d’entre elles, l’une des dimensions d’intervention qui, au vu de la littérature, participent à l’accompagnement tutoral, soit les composantes pédagogiques (« P »), socio-affectives (« S ») et organisationnelles (« O »). En complément à ces trois « MiT ciblées », deux modes d’intervention tutorale non ciblés ont été intégrés en guise de modalités de référence : une « MiT réactive » et une « MiT proactive non ciblée ».

Année : juin 2008


Tutorat dans la formation e-learning : un métier d’avenir

E.-K. Hachem, A. Derouichi, M. Karim

L’apprentissage conjoint participe d’une manière très active au développement des connaissances. Apprendre avec d’autres est nécessaire afin de résoudre des problèmes de plus en plus complexes et afin de disposer des connaissances récentes. Pour qu’il y ait apprentissage conjoint, il doit exister des interdépendances entre pairs, chacun contribue à l’apprentissage des autres, et que le processus d’apprentissage peut être vu comme un processus de coconstruction des connaissances. Par lequel les connaissances des participants se transforment en convergeant. Selon Prégent, chaque apprenant possède une énergie disponible; qu’il met à la disposition de ses pairs en s’impliquant dans la l’apprentissage conjoint. De cette façon Chaque apprenant devient responsable de l’atteinte du but commun et demeure une ressource, contribue à animer et à soutenir ses pairs par sa motivation, sa participation, ses efforts, son expertise, son savoir, ses habiletés, ses qualités, etc. Le tutorat, qu’il se fasse en présentiel ou en distanciel, présente des rôles communs, le rôle pédagogique du tuteur est de faciliter l’apprentissage aux apprenants, de les guider, de corriger leurs erreurs… Ce qui est intéressant c’est que le tuteur à distance, par rapport au tuteur en présentiel, a aussi des rôles spécifiques qui sont dus à la modalité « distanciel » de la formation. Le tuteur est là pour réduire la distance, pour essayer de rompre ce sentiment de solitude ressenti par certains étudiants. Son rôle est de réintroduire ce qui se passe implicitement en présentiel.

Mots-clés : Tutorat, Apprendre conjointement, Zone de Développement de Proximité, Apprenant.



Accompagnement d’une formation asynchrone en groupe restreint : modalités d’intervention et modèles de tutorat

Jean-Jacques Quintin

Résumé : La recherche expérimentale dans laquelle s’inscrit cet article vise à saisir les effets de différentes modalités d’interventions tutorales (MiT) sur le travail effectué à distance par une centaine d’étudiants réunis en groupes restreints (trois par équipe). Ces modalités ont été élaborées en considérant les dimensions d’intervention qui participent à l’accompagnement tutoral, soit les composantes pédagogiques (P), socio-affectives (S) et organisationnelles (O). Complémentairement à ces trois MiT ciblées sur les dimensions S, O ou P, deux modes d’intervention tutorale non ciblés ont été intégrés en guise de modalités de référence : une MiT réactive et une MiT proactive non ciblée. Les résultats ayant mis en évidence un impact contrasté des différentes modalités de suivi sur l’apprentissage, nous nous attacherons à saisir la singularité de la mise en œuvre de chacune d’entre elles ainsi qu’à cerner les modèles d’intervention propres à chacun des tuteurs (modèles idiosyncrasiques).

Année : 2008
Mots clés: Tutorat, formation à distance, forum, groupe restreint, expérimentation, analyse de contenu, modèle idiosyncrasique.



Analyse de pratiques de tutorat dans un campus numérique de maîtrise de français langue étrangère à distance

Christelle Celik

Résumé : Nous nous intéressons dans cet article à la fonction émergente qu’est le tutorat en ligne et aux différents modes de tutorat. Notre observation porte sur l’étude d’une partie de la communication pédagogique qui a eu lieu dans le cadre de la maîtrise de français langue étrangère sur le campus numérique Canufle animé par une équipe de divers enseignants provenant d’universités différentes tout au long de l’année universitaire 2004-2005. À travers l’analyse du discours des consignes et des messages réactifs de deux des tuteurs, nous mettons en évidence différentes modalités du tutorat et montrons que les tuteurs cherchent non seulement à établir un lien socio-affectif avec leurs étudiants mais également à susciter le conflit sociocognitif. Nous tentons de montrer le nouvel éthos tutoral tel qu’il se dessine au sein des discours.

Année : 2008



Le tuteur comme facteur de qualité dans une formation du FOS à distance

Hani Qotb

Résumé : Les apprenants du Français sur Objectifs Spécifiques font face à plusieurs difficultés qui les empêchent de suivre un enseignement de qualité. Celui‐ci repose sur la prise en compte des spécificités des apprenants, des formateurs qualifiés, l’utilisation des documents authentiques du domaine cible et une participation active des apprenants au cours de la formation (Lehmann D., Mangiante J.‐M. & Parpette C. (2003). C’est pourquoi, nous proposons d’analyser l’apport des activités numériques du tuteur pour une amélioration qualitative. Par exemple, nous ferons référence aux pratiques développées lors d’une formation du français des affaires entièrement à distance par le biais du site Internet FOS.COM (www.le‐fos.com) que nous avons mis en place. En effet, avec l’objectif de proposer une formation du FOS de qualité, nous avons adopté une approche collaborative permettant aux apprenants de travailler ensemble pour réaliser des tâches authentiques (Henri, F., Lundgren‐Cayrol K. (2001) et Breton M (2005)). Notre communication vise ainsi à mettre l’accent principalement sur les rôles joués par le tuteur au sein de cette formation collaborative du FOS (Charlier et al., 2007). Celui‐ci doit en effet assurer plusieurs fonctions : guide, conseiller, animateur, modérateur, personne‐ressource, évaluateur, facteur de motivation et organisateur. Grâce aux nombreuses interventions du tuteur, les apprenants peuvent alors réaliser les tâches collaboratives et individuelles attendues lors du processus de formation. L’activité tutoriale montre ainsi la nécessité de l’accompagnement en tant que facteur de qualité dans une formation à distance.

Année : 2008
Mots clés : Français sur Objectifs spécifiques, Formation à distance, approche collaborative, tuteur,
interactions en ligne



Accueillir, guider, accompagner des mesures innovantes pour assurer la persévérance des étudiants du baccalauréat en enseignement professionnel de l’Université de Sherbrooke

Chantale Beaucher, Claudia Gagnon

Résumé : Les étudiants du baccalauréat en enseignement professionnel (BEP) de l’Université de Sherbrooke possèdent des caractéristiques qui modèlent la structure du programme et les mesures d’accueil, de soutien et d’accompagnement offertes. En effet, ce sont des gens de métiers, recrutés pour leur expertise par les centres de formation professionnelle, où ils deviendront enseignants. Une fois en poste, ils amorcent une formation universitaire en pédagogie de 120 crédits, suivie à temps partiel. L’équipe du BEP a relevé le défi d’accueillir et d’accompagner ces étudiants par la mise en place d’un programme innovant et adapté à leurs besoins. Cette communication présente deux mesures d’intégration au programme, de suivi et d’accompagnement : l’Activité d’accueil et d’intégration (AI) et le carnet de route. L’Activité AI, porte d’entrée au programme, se déroule sur une fin de semaine et a une triple visée d’information, de formation et de socialisation. Ainsi, les étudiants obtiennent les informations nécessaires à la compréhension de leur cheminement au BEP, reçoivent une formation de base sur des concepts centraux du programme (dont l’analyse réflexive et les compétences), le tout dans un contexte d’accueil chaleureux, rassurant, axé sur la socialisation et la formation d’un sentiment d’appartenance. Le carnet de route, boîte noire (aux sens propre et figuré) remise aux étudiants lors de l’Activité AI, sera leur mémoire pour la durée du programme (jusqu’à 10 ans). Ils y déposent les traces du développement de leurs compétences, leur portfolio professionnel, des travaux, des évaluations et en tirent diverses informations. Il est consulté par les intervenants du BEP qui encadrent les étudiants pour assurer un suivi de qualité.

Année : 2008
Mots clés : accueil, intégration, accompagnement, enseignement professionnel



De dispositifs de soutien à la mise en oeuvre d’une communauté de pratique de tuteurs en ligne expériences à l’Université de Montréal

Véronique Besançon

Résumé : À l’Université de Montréal, le développement de cours et de modules de formation en ligne exigeant un changement de paradigme éducatif – de l’enseignement à l’apprentissage (Hotte, Leroux, 2003), nous a amené à nous intéresser à la formation de l’acteur tuteur en ligne. Pour ce faire, nous mettons en place un dispositif de soutien technopédagogique pour les acteurs engagés dans la conception du cours/module. Ce dispositif de soutien qui prend la forme d’une communauté d’apprentissage fondée sur le processus réflexif des formateurs (Chanier, Cartier, 2006) vise à favoriser la qualité de l’encadrement en ligne. C’est dans un tel cadre que nous avons orientée la formation sur la relation pédagogique des futurs tuteurs en ligne, favorisant le développement d’un savoir‐être à la base des compétences de l’encadrement en ligne (Hotte, Besançon, 2005). L’apprentissage du rôle de tuteur est situé dans un environnement virtuel authentique intégrant les technologies de l’information (TI) afin de l’amener à interroger le cadre de la relation pédagogique, à favoriser l’apprentissage entre pairs, le compagnonnage et à expérimenter le rôle de guide de construction de connaissances (Reffay, Chanier, 2005). Nous désirons favoriser le développement de compétences des tuteurs en ligne au‐delà de l’étape de conception des cours/modules et permettre au lien de collaboration et à l’engagement développés dans ces communautés d’apprentissage de perdurer. Nous présenterons comment nous envisageons de faire évoluer ces environnements d’apprentissage collaboratif vers une communauté de pratique de tutorat en ligne en utilisant les dynamiques existantes (Henri, Lundgren‐Cayrol, 2001).

Année : 2008
Mots clés : e‐learning, tuteur en ligne, communauté d’apprentissage



Approche qualitative du rôle du tuteur de FOAD dans l’enseignement supérieur

Séraphin Alava, Sandra Safourcade

Résumé : Dans le cadre des formations à distance dispensées dans l’enseignement supérieur, l’une des missions du tuteur de formation est celle de créer du lien entre des apprenants adultes et des formateurs universitaires ou issus du champ de l’entreprise. Les différents parcours professionnels et universitaires de chacun de ces acteurs et l’hétérogénéité des apprenants vont avoir une répercussion sur la bonne mise en oeuvre de la mission du tuteur. Ce dernier peut être considéré comme une véritable ressource « humaine » favorisant ainsi le processus d’enseignement apprentissage. Quelles pratiques pédagogiques va‐t‐il alors mettre en oeuvre afin d’être compétent d’un point de vue professionnel et efficace d’un point de vue tactique et stratégique ? Le pilotage des dispositifs de formation ouvert et à distance universitaires s’est longtemps centré sur une qualité technique et didactique mais l’enseignement nécessite aussi de qualifier et de caractériser les pratiques de communication et la gestion des ressources humaines. Notre recherche se concentre sur l’étude des pratiques développées par les tuteurs afin de garantir une qualité de l’interaction répondant à la fois à la démarche pédagogique et disciplinaire mais aussi à l’accompagnement du processus psychologique et humain de l’apprenant. A partir de cette recherche nous exposerons les compétences mises en jeu par les acteurs de la FOAD et nous nous interrogerons sur une notion de qualité subjective de la formation. Cette dernière prendra appui sur l’étude du dispositif de formation à distance du diplôme universitaire spécialisé en technologies de l’information et de la communication de l’université Toulouse Le Mirail.

Année : 2008
Mots clés : Mots clés : qualité – pratiques – compétence – tutorat
Enregistrer un commentaire