lundi 22 octobre 2007

Ces universités qui soignent leurs étudiants

Alors que le gouvernement souhaite moderniser l’université, certains établissements ont, depuis plusieurs années, pris des mesures pour mieux encadrer leurs étudiants. Gros plan sur ces initiatives qui fonctionnent.

En début de cursus, les étudiants qui démissionnent du système universitaire sont encore trop nombreux. En 2005, la proportion de jeunes quittant l’enseignement supérieur sans diplôme s’établissait à plus de 20 %, comme le soulignait l'éducation nationale dans son rapport « Accueil et orientation des nouveaux étudiants dans les universités » (juin 2006). Pourtant, certains établissements ont mis en place des moyens efficaces pour améliorer l’orientation des étudiants. Ils sont cités, dans ce même rapport, comme figurant parmi les « établissements les plus performants » au regard de leur dispositif d'orientation, d'accueil, d'accompagnement et d'insertion professionnelle. L'université de Haute-Alsace (UHA) en fait partie. Pour simplifier l’accueil, le SCUIO a mis en place un guichet unique où sont apportées toutes les réponses des étudiants de première année quant à leur inscription, logement ou sécurité sociale… Une fois intégrés, ils peuvent demander à être suivi par un tuteur-étudiant. Un test (anonyme) a été élaboré pour permettre aux nouveaux venus de vérifier s’ils ont besoin de ce tuteur : près de la moitié d’entre eux font ce choix. Ce système de tutorat fonctionne depuis plus de douze ans. Il permet, en outre, aux étudiants tuteurs de toucher un salaire pour le service rendu (d’environ 18 euros bruts de l’heure) tout en bénéficiant d’une expérience professionnelle. « La plupart d’entre eux envisagent de travailler dans l’enseignement », explique Brigitte Le Tronc, la responsable du service formation et orientation de l’UHA. Nul doute qu’au moment du concours, une telle expérience est un plus sur leur CV.

Accompagnement renforcé
À l’université de Bretagne Sud (UBS), le tutorat se fait par le corps enseignant. « Nous établissons, pour les étudiants, un bilan complet de manière à balayer toutes les causes d’échec (niveau scolaire, logement, moyens financiers…) », résume Frédéric Bedel, le vice-président. Pour éviter cet échec, l’assiduité est aussi c
ontrôlée. En cas d’absences répétées, l’université appelle les étudiants concernés. Selon l’université, 60 % d’entre eux retournent en cours après ce contact téléphonique. Si malgré ce dispositif d’accompagnement renforcé le tuteur constate que l’étudiant a des lacunes trop importantes pour la filière choisie, il lui propose un « cycle d’orientation et de consolidation » de neuf semaines. Cette formule, qui existe depuis sept ans, permet à l’étudiant de consolider ses connaissances et de définir un nouveau projet professionnel. Grâce à son dispositif d’aide à la réussite, le Guichet réussite, qui englobe ces diverses actions d’accompagnement, l’UBS affiche de bons résultats. 71,6 % des étudiants accèdent la Licence, contre 56,8 % au niveau national.

Aide à l’insertion professionnelle
Autre exemple : l’université de Marne-la-Vallée (UMLV). Depuis huit ans, la structure s’est dotée d’un observatoire des formations, insertions professionnelles et évaluations (Ofipe). En fonction de ses diagnostics, l’offre de formation est renouvelée, l’idée étant de répondre au mieux aux besoins du marché. « Nous avons développé beaucoup de Licences professionnelles, rappelle Gilles Roussel, vice-président de l’enseignement à l’université. Nous avons également investi dans l’apprentissage. Nous travaillons, par ailleurs, en collaboration avec les grandes entreprises du CAC 40 dans le cadre de l’opération Phénix*. Et actuellement, nous mettons en place, en partenariat avec Paris 12 et l’université d’Évry, une plate-forme spécialisée emploi, la plate-forme « Défi » (Dispositif de l’est francilien pour l’insertion) ». L’ULMV compte 11 500 étudiants, l’UBS 7 800 et l’UHA 7 500. Ces trois établissements sont des petites universités, un paramètre qui peut expliquer pourquoi elles affichent de bons résultats en matière d’accueil et d’orientation.

Isabelle Fagotat – hobsons.fr

* Opération, mise en place cette année, de recrutement d’étudiants titulaires d’un Master en sciences humaines à laquelle participaient, entre autres, PricewaterhouseCoopers, Siemens, Coca-Cola, AXA, Renault et HSBC.

Source : hobson.fr

Illustration dans son contexte original, sur la page www.crefor.asso.fr/.../accompagnement/index.jsp.

Enregistrer un commentaire