jeudi 8 novembre 2007

Coordination pédagogique versus encadrement programme

L’article de Lydie Réné-Boullier de l'Université de Technologie de Compiègne « Définir le rôle de la coordination pédagogique dans la formation à distance » a le grand mérite d’attirer l’attention sur une des fonctions importantes de l’encadrement des apprenants à distance.

J’ai retrouvé dans la description du coordinateur pédagogique, différents aspects du tuteur-programme de la Téluq. De même, plusieurs activités animées par le coordinateur pédagogique rappellent certaines activités de l’encadrement-programme tel qu’il est pratiqué dans le programme « formation à distance » de la Téluq (présentation de l’encadrement-programme : André-Jacques Deschênes «L’encadrement-programme aux études supérieures en formation à distance à la Télé-université»).

Des différences existent pourtant et me semblent, entre autres, liées aux styles d’encadrement : majoritairement proactif à l’UTC et majoritairement réactif à la Téluq. Styles qui eux-mêmes m’apparaissent très liés aux «modèles de formations» : rythme défini par l’UTC alors que dans une très large mesure c’est l’apprenant qui choisit son rythme à la Téluq.

Par ailleurs, je me demande si les interventions du coordinateur pédagogique à l’UTC sur les plans socio-affectif et motivationnel ne viennent pas pallier le manque de prise en compte de ce type de support aux apprenants par les enseignants (promus tuteurs).

Enfin, il est à noter que si Réné-Boullier décrit les fonctions tutorales du coordinateur pédagogique, elle n’utilise jamais le terme de «tuteur». Cette réserve sémantique serait-elle significative d’un regard spécifique sur les fonctions d’encadrement et de support à l’apprentissage ?

La lecture du second article de Réné-Boullier « Coordination pédagogique : une vision globale de l’accompagnement personnalisé au DESS DICIT » montre que la réserve initiale sur l’utilisation du terme tuteur n’est plus de mise (42 occurrences). Il s’agit manifestement d’une nouvelle mouture de l’article précédent augmentée de copies d’écran montrant certains outils utilisés par Réné-Boullier dans ses activités de coordinatrice pédagogique. La description de ceux-ci restant toutefois partielle, nous restons un peu sur notre faim bien qu’à cette occasion Réné-Boullier montre par l’exemple que les meilleurs outils peuvent être ceux que l’on se fabrique soi-même, car conçus par l’usage en quelque sorte.

Enregistrer un commentaire