samedi 8 septembre 2007

Tutorat par les pairs à la faculté de médecine de Grenoble


Médecine à Grenoble: l'enseignement par DVD, facteur d'égalité des chances

GRENOBLE (AFP) — A la faculté de médecine de Grenoble, les étudiants de première année bénéficient gratuitement, depuis la rentrée 2006, de DVD des cours et de tutorat, une expérience qui a porté ses fruits et permis de rendre les prépas privées inutiles, selon ses promoteurs et des étudiants.

"Dans toutes les facs de médecine françaises, un boursier, qui est souvent un fils d'ouvrier, a six fois moins de chances de passer en deuxième année qu'un fils de cadre qui se paye une prépa privée à 2.000 euros. A Grenoble, à mentions égales au bac, les boursiers réussissent aussi bien que les fils de cadres grâce au système que nous avons mis en place", affirme le docteur Jean-Charles Coutures, consultant pour cette expérience.

Un délégué étudiant de troisième année, qui est aussi tuteur, Jean-Baptiste Kern, estime que "le système, en rendant les prépas privées inutiles, donne les mêmes chances à tous".

Cette nouvelle manière d'enseigner a été créée pour faire face à un afflux sans précédent d'étudiants en médecine, avec des amphis de 600 personnes surpeuplés et des étudiants redoublants perturbant les cours pour gêner les nouveaux, explique le doyen de la faculté, Bernard Sèle.

"Nous avons, bien sûr, reconduit l'expérience cette année en l'améliorant, avec des cours remaniés pour tenir compte des remarques des étudiants", ajoute-t-il.

Cette année, 1.383 étudiants sont inscrits en première année et ont reçu lors de leur inscription les DVD. Environ 170 devraient passer en deuxième année.

Le projet n'est pas simplement une distribution de cours en DVD, mais une nouvelle pédagogie qui fonctionne sur quatre semaines. La première, l'étudiant apprend les cours sur DVD. La deuxième, il pose des questions au professeur par internet. La troisième, au sein d'un groupe de 160 étudiants, il rencontre l'enseignant. La quatrième, il bénéficie d'un tutorat d'étudiants volontaires de 3e année, encadrés par des professeurs.

Selon M. Sèle, "l'exemple de Grenoble n'a pas encore été suivi mais, lors des réunions avec d'autres doyens de facultés de médecine, tout le monde m'interroge sur notre innovation. Beaucoup d'universités, comme celle de Tours, sont tentées mais il faut vaincre les réticences du monde enseignant qui se sent menacé par cette méthode alors que c'est un faux problème: on aura toujours besoin des enseignants".

Le doyen regrette de "ne pas avoir convaincu tous les étudiants qu'ils pouvaient se passer des prépas privées, car ces instituts ont recours à une publicité efficace".

Diego Lavalette, étudiant qui vient de passer en deuxième année, après avoir redoublé la première, apprécie le nouveau système: "les cours sont très bien faits et c'est un bon outil pour casser les prépas privées, qui ne servent plus à rien".

"Le seul problème est l'isolement social des étudiants", souligne Diego en précisant qu'"il y a plus de gens qui sont déprimés et ont abandonné en cours de route que les autres années".

Source : AFP

Enregistrer un commentaire